English
Sélectionner une page

L’opération de la clavicule

La fracture de la clavicule : une rémission généralement spontanée

La fracture de la clavicule est relativement fréquente, et intervient en général chez un sujet jeune. Elle est provoquée le plus souvent de manière indirecte : chute sur le moignon de l’épaule, le coude ou même la main ; plus rarement lors d’un traumatisme direct.
La plupart des fractures de la clavicule sont bénignes. Elles sont simplement soignées de manière orthopédique : on immobilise l’articulation le temps que l’os se répare spontanément. On ne préconise pas dans ce cas une opération de la clavicule.
Si le patient est jeune, sportif et actif, une intervention peut être nécessaire pour une reprise plus rapide et efficace.

Luxation acromio-claviculaire : la nécessaire opération de la clavicule

stabilisation-acromio-claviculaire_01La luxation de l’articulation acromio-claviculaire survient la plupart du temps à la suite d’un traumatisme sportif ou d’un accident de la route. Les deux parties osseuses – acromion et clavicule – ne s’emboîtent plus ; des ligaments peuvent être rompus.
Face à une luxation acromio-claviculaire de stade 3, c’est-à-dire où tous les ligaments sont rompus, on envisagera une opération de la clavicule. La décision d’intervenir dépendra de l’âge du patient et de la manière dont il utilise son épaule : dans sa pratique sportive ou professionnelle, doit-il utiliser son épaule dans un mouvement allant au-delà du plan de l’épaule ?

L’opération de la clavicule vise alors à stabiliser l’articulation acromio-claviculaire, c’est-à-dire à replacer la clavicule à son niveau normal. Elle sera complétée selon les cas par une ligamentoplastie consistant à suturer ou à renforcer les ligaments cassés.