Menu

Menu

Tendinite tendon rotulien: Symptômes et traitement à Paris - Dr Paillard

Tendinite tendon rotulien : que faire ?

La tendinite du tendon rotulien est la plus fréquente du genou, particulièrement retrouvée chez le sportif : de quoi s’agit-il exactement, quels sont ses causes et symptômes, comment se fait le diagnostic ?

Tendinite du tendon rotulien

Définition de la tendinite du tendon rotulien

L’articulation du genou fait le lien entre 3 os : le fémur, le tibia et la rotule. Des ligaments et tendons permettent d’assurer sa stabilité et sa mobilité : ligaments croisés (antérieur et postérieur) et ligaments collatéraux (tibial et fibulaire), tendon quadricipital et tendon rotulien (également nommé tendon patellaire). Le tendon rotulien s’insère sur la rotule, en-dessous du quadricipital, ainsi que sur la tubérosité tibiale. Suite à des efforts sportifs trop importants, il peut s’inflammer : il s’agit de la tendinite du tendon rotulien.

La tendinite rotulienne est une affection courante chez les sportifs, notamment chez les pratiquants de course à pied, de cyclisme ou de sports de sauts (basketball, volleyball, handball, etc).

Elle se manifeste par une douleur au niveau du tendon rotulien, avec un dysfonctionnement situé sur le tendon, juste en-dessous de la rotule, lors de la montée et descente d’escaliers, de la course à pied, de l’agenouillement ainsi que des sauts et des atterrissages.

Chez la plupart des personnes atteintes, cette tendinite commence le plus souvent de manière progressive, due à la surutilisation du tendon rotulien.

Elle est difficile à évaluer, car la plupart des personnes atteintes ne souffrent que de douleurs légères, voire modérées. Il est souvent possible de continuer la pratique sportive sans s’alarmer, puisque la douleur apparaît progressivement et n’est pas handicapante, du moins dans un premier temps.

Cette tendinite a 3 stades : réactionnel, remaniement et dégénérescence, s’enchaînant jusqu’à devenir de plus en plus incommodante pour le patient. Très souvent douloureuse, elle gène le patient dans le moindre geste de la vie quotidienne (montée et descente des escaliers, conduite automobile, etc.).

Pour soigner la tendinite rotulienne, il convient de stopper l’activité en cause et de mettre son genou au repos. La prise d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires, ainsi que l’application de poches de glace, permettront de calmer les douleurs. L’immobilisation prolongée (au-delà de plusieurs jours) n’est pas nécessaire, il convient de mobiliser le genou avec des activités douces.

Dans les cas de tendinite sévères, des séances de rééducation chez un kinésithérapeute et / ou des injections de corticostéroïdes pourront également être prescrits. Dans les cas les plus graves, et en cas d’inefficacité du traitement médical susmentionné, une opération chirurgicale pourra être recommandée.

Causes et facteurs de risques de la tendinite du tendon rotulien

La tendinite rotulienne est causée par une surutilisation du tendon rotulien. Elle survient en grande majorité dans les sports d’appuis-réceptions, tels que le volley-ball, le handball, le basket-ball ou encore le football.

Les causes de la tendinite du tendon rotulien sont variées, les principales incluant :

  • L’entraînement sur des surfaces dures ;
  • L’augmentation trop rapide du kilométrage ou de l’intensité de l’entraînement ;
  • Le manque de flexibilité au niveau des muscles ischio-jambiers et quadriceps ;
  • Le port de chaussures usées ou non-adaptées ;
  • Le défaut biomécanique des membres inférieurs (pronation excessive du pied, faiblesse des stabilisateurs de la hanche, etc.).

De plus, les tendinopathies sont favorisées par une mauvaise hygiène de vie (alimentation peu équilibrée, manque de sommeil et d’hydratation, consommation d’alcool excessive, etc.), la croissance, le type de terrain…

Tendinite du tendon rotulien : symptômes

La tendinite rotulienne dénombre de nombreux symptômes, on retrouve principalement les suivants :

  • Une douleur sur le devant du genou, localisée en-dessous de la rotule, apparaissant de manière progressive et s’aggravant en cas de saut, atterrissage ou course à pied ;
  • Le tendon est épaissi et sensible à la palpation ;
  • La douleur s’atténue à chaud dans un premier temps, puis persiste tout au long de la pratique sportive lorsque la blessure progresse ;
  • Le genou est gonflé, avec parfois une impression de chaleur.

Prévention de la tendinite du tendon rotulien

Pour prévenir la tendinite du tendon rotulien, il existe différentes méthodes de prévention, parmi lesquelles on retrouve :

  • Un échauffement suffisant avant toute activité sportive, pendant une quinzaine de minutes ;
  • Des étirements réguliers afin de conserver une bonne souplesse du tendon, au moins une à 2 fois par semaine ;
  • Un bon équipement sportif : chaussures adaptées, matériel spécifique à ce type de sport, etc. ;
  • Une bonne hydratation avant, pendant et après la pratique sportive ;
  • Se référer à des professionnels (tels que des coachs sportifs) afin d’apprendre correctement les exercices et étirements adaptés.

Tendinite du tendon rotulien : diagnostic

Examen clinique

Lors de l’examen clinique, le médecin évaluera le degré de gravité de la tendinite, afin de déterminer les examens à réaliser et le traitement adapté. Il procèdera à un interrogatoire et à plusieurs tests cliniques (appui sur une seule jambe, flexion du genou, etc.), afin de déterminer précisément l’atteinte ligamentaire et d’orienter vers le diagnostic. La palpation lui permet de découvrir un épaississement du tendon et de localiser précisément la douleur.

Examen(s) d’imagerie

Afin de confirmer le diagnostic de tendinite rotulienne, le médecin peut faire appel à des radiographies, afin d’évaluer les calcifications au sein du tendon et la position de la rotule. Le cliché de profil lui permettra de visualiser la hauteur de la rotule et l’épaississement éventuel du tendon rotulien, ainsi que la présence de calcifications.

Pour affiner le diagnostic de tendinite de la rotule, le médecin pourra également demander une échographie. Celle-ci lui permettra de visualiser pleinement le nodule, ainsi que l’épaississement du tendon. Une IRM pourra également être réalisée, notamment en cas de doute à propos d’une atteinte de l’articulation.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais