Menu

Menu

Traitement de la rupture du ligament croisé postérieur à Paris - Dr Paillard

Rupture ligament croisé postérieur : qu’est-ce que c’est ?

La rupture du ligament croisé postérieur est une pathologie douloureuse et incapacitante, beaucoup plus rare que celle du ligament croisé antérieur. Dans cette page, les causes, les facteurs de risques, les symptômes et le diagnostic de la rupture du ligament croisé postérieur seront expliqués.

Rupture du ligament croisé postérieur

Définition de la rupture du ligament croisé postérieur

Le genou est une articulation complexe assurant la bonne répartition du poids du corps et permettant la mobilité de celui-ci grâce à des mouvements d’extension et de flexion. Le genou est notamment composé de 4 ligaments jouant un rôle primordial dans le contrôle de ces mouvements. Tout d’abord les ligaments dits croisés comprenant le ligament croisé antérieur et le ligament croisé postérieur, puis le ligament latéral interne, et le ligament latéral externe.

Le rôle principal du ligament croisé postérieur (LCP) est de contrôler le déplacement vers l’arrière du tibia vis-à-vis du fémur. Lorsque le ligament croisé postérieur subit un traumatisme violent direct ou indirect, il peut se rompre et ne plus assurer ses fonctions. On parle alors de rupture du ligament croisé postérieur. Contrairement aux autres ligaments qui se rompent le plus souvent tous seuls, la rupture du ligament croisé postérieur est presque toujours accompagnée de la rupture d’un ou plusieurs autres ligaments, ce qui accroît significativement les risques d’arthrose. Enfin, la rupture du ligament croisé postérieur peut parfois passer inaperçue et engendrer une prise en charge tardive avec des conséquences non négligeables pour le patient.

La rupture du ligament croisé postérieur peut être classée en trois catégories selon la gravité du cas.

  • La rupture de grade I : la rupture est minime et sans laxité.
  • La rupture de grade II : la rupture est moyenne et sans laxité.
  • La rupture de grade III : la rupture est totale et avec laxité. Dans ce cas, il existe un tiroir postérieur, c’est-à-dire un espacement, supérieur à 10mm.

Dans les cas les plus bénins, il peut se passer plusieurs jours ou semaines avant que le patient sente le besoin de consulter un médecin.

Causes et facteurs de risques de la rupture du ligament croisé postérieur

La rupture du ligament croisé postérieur est beaucoup plus rare que celle du ligament croisé antérieur. En effet, on compte environ 1 rupture du ligament croisé postérieur pour 5 ruptures du ligament croisé antérieur. Elle peut être soit due à un traumatisme violent au niveau du genou, soit à un choc brutal au niveau de l’avant du tibia. La rupture peut se produire au cours de ces différents évènements :

  • Un traumatisme violent comme une chute lors de la pratique sportive du ski, du football, ou encore du rugby.
  • Un choc brutal sur le tibia au cours d’un sport de combat comme le taekwondo ou le MMA.
  • Un choc appuyé sur le genou alors que celui-ci se trouvait en pleine extension (plus rare).
  • Un accident de la voie publique comme un accident de voiture ou de vélo entraînant un choc violent ou une mauvaise chute sur la jambe.

Rupture du ligament croisé postérieur : symptômes

La rupture du ligament croisé postérieur est accompagnée de symptômes particuliers facilement reconnaissables et imposant une consultation en urgence :

  • Un craquement ou une déchirure est ressenti au moment même du choc ou du traumatisme.
  • Le genou gonfle immédiatement et de manière importante après le choc ou le traumatisme.
  • Une douleur intense est ressentie au moment du choc ou du traumatisme.
  • Le patient a du mal à prendre appui sur sa jambe et à bouger l’articulation du genou.
  • Le genou semble instable et se dérobe au cours de la marche.
  • La douleur diminue progressivement avec le dégonflement du genou au bout de quelques semaines.

Prévention de la rupture du ligament croisé postérieur

A ce jour, il n’existe pas de méthode permettant de prévenir totalement une rupture du ligament croisé postérieur ou de tout autre ligament. Cependant, il est possible de diminuer les risques d’être atteint d’une rupture du ligament croisé postérieur en renforçant les muscles essentiels au maintien du genou comme le quadriceps. Pour cela, des exercices de renforcement musculaire hebdomadaires s’avèrent prometteurs. Parmi ces exercices on retrouve notamment la musculation en salle, la randonnée, ou encore la course à pied. Enfin, au cours de la pratique de certains sports avec une forte sollicitation des genoux comme le ski, le risque de rupture peut être réduit en utilisant du matériel adapté et en ayant une préparation adéquate.

Quel diagnostic pour une rupture du ligament croisé postérieur ?

Dans le cas d’une rupture du ligament croisé postérieur, une série complète d’examens s’avère nécessaire pour déterminer l’étendue des dégâts et orienter le type de traitement adapté au patient.

Examen clinique

L’examen clinique est la principale méthode de diagnostic dans le cas d’une rupture du ligament croisé postérieur. L’étape préliminaire de cet examen est la recherche de la cause précise de la pathologie à travers le questionnement du patient. Le médecin recherche ensuite la présence d’un tiroir postérieur correspondant à une sorte de bâillement vers l’arrière du genou. Il recherche en parallèle la présence d’un recurvatum, caractérisé par une extension exagérée du genou. Enfin, afin de confirmer le diagnostic, une radiographie ou des examens complémentaires peuvent être menés.

Examen(s) d’imagerie

La radiographie peut être utilisée dans le cas d’une rupture du ligament croisé postérieur pour identifier la présence ou non d’une fracture osseuse et/ou d’un arrachement osseux à la base du ligament. Une radiographie dynamique ou TELOS peut également être mise en place pour confirmer la rupture ligamentaire et déterminer le degré de laxité associé. Cet examen radiographique est important pour la suite du traitement que va recevoir le patient.

Un examen d’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) peut être proposé par le médecin pour rechercher d’éventuelles lésions méniscales ou ligamentaires associées et nécessitant une prise en charge complémentaire.

Rupture ligament croisé postérieur : traitement

Comment soigner une rupture du ligament croisé postérieur ? Que faire ? Découvrez le traitement lié à cette pathologie.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais