Menu

Menu

Nécrose de la hanche: Diagnostic et traitement à Paris - Dr Paillard

Nécrose de la hanche

La nécrose de la hanche ou ostéonécrose est une maladie qui touche deux fois plus d’hommes que de femmes et qui peut se déclarer dès 30 ans. Dans cet article, découvrez quelles en sont les causes, ainsi que les méthodes de diagnostic utilisées par les médecins pour prévenir cette maladie.

Nécrose de la hanche

Nécrose de la hanche : définition

La nécrose de la hanche ou ostéonécrose est une maladie désignant la mort des cellules de l’os au niveau de l’articulation de la hanche à cause d’un déficit en sang. La partie de l’os la plus couramment touchée est la tête du fémur, ce qui engendre généralement des déformations et un problème d’articulation avec le bassin.

L’ostéonécrose de la tête fémorale est due à une occlusion des artères assurant le bon fonctionnement de l’os. Le tissu osseux n’étant plus assez solide, le cartilage s’affaisse, modifiant ainsi les surfaces articulaires et causant des macro fractures. Contrairement à l’arthrose, la nécrose de la hanche est beaucoup moins fréquente, mais peut également toucher les jeunes personnes. Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes et la pathologie peut être unilatérale ou bilatérale.

Nécrose de la hanche : causes et facteurs de risques

Il existe deux principaux types de nécrose de la hanche : la nécrose traumatique due à un traumatisme divers comme une chute ou un accident, et la nécrose non traumatique causée par divers facteurs de risques.

La nécrose traumatique est le type de nécrose de la hanche la plus fréquente. Comme son nom l’indique, elle est due à un traumatisme comme par exemple une fracture avec déplacement. Dans ce cas, les vaisseaux sanguins peuvent être endommagés et ne plus irriguer correctement l’os de la hanche, conduisant ainsi à cette pathologie. Les patients les plus âgés sont les plus concernés par ce type de nécrose de hanche car leurs fractures sont souvent plus graves et plus complexes à traiter.

La nécrose non traumatique de la hanche peut toucher toute personne et à tout âge, et n’apparaît pas à la suite d’un traumatisme direct. En effet, elle peut être due à une maladie ou à un problème générant une mauvaise circulation sanguine dans l’os. Dans le cas où une des hanches est touchée par une ostéonécrose non-traumatique, il y a environ 60% de chances que l’autre hanche soit également atteinte. De nombreux facteurs de risques peuvent engendrer le développement de cette pathologie :

  • La consommation en excès d’alcool est l’un des principaux facteurs du développement de la nécrose de la hanche. Ce facteur est d’autant plus vrai chez les plus jeunes patients.
  • Tout comme l’alcoolisme, le tabagisme est un facteur propice au développement de cette pathologie.
  • L’administration régulière et sur de longues périodes de corticoïdes à forte dose favorise le risque d’apparition d’ostéonécrose.

D’autres facteurs plus rares peuvent également engendrer une nécrose de hanche chez certains patients :

  • Les problèmes de coagulation sanguine ou une teneur élevée en lipides dans le sang.
  • Une maladie du foie ou du pancréas.
  • Une maladie auto-immune du tissu conjonctif comme le lupus.
  • Cependant, dans environ 20% des cas, la nécrose de la hanche est d’origine inconnue.

Nécrose de la hanche : symptômes

La mauvaise circulation sanguine dans l’os de la hanche engendre une augmentation du nombre de micro fractures au niveau des zones portantes comme la tête fémorale. L’os s’affaisse donc progressivement provoquant ainsi des douleurs plus ou moins intenses ainsi que des problèmes d’articulation. La douleur peut se déclarer de manière spontanée à cause d’une trop grande pression au niveau de la zone atteinte, ou progresser de manière constante au fur et à mesure de l’évolution de la pathologie.

Par ailleurs, les douleurs se font systématiquement ressentir au cours des mouvements, ce qui pousse les patients à éviter de bouger leurs membres atteints et à boiter. Celles-ci sont moins importantes au repos mais peuvent tout de même réveiller le patient pendant la nuit.

Nécrose de la hanche : prévention

La nécrose de la hanche pouvant être influencée par des facteurs de risques souvent facilement identifiables, il est possible pour le patient d’agir assez rapidement. Parmi les principaux axes de prévention on retrouve notamment :

  • La réduction de la consommation d’alcool et de tabac.
  • L’arrêt, la diminution, ou la réduction des doses de médicaments à base de corticoïdes dans la limite du possible. Ce sont les médecins qui sont en mesure de prendre cette décision en accord avec les besoins du patient.
  • L’arrêt ou la diminution de la consommation de certains médicaments comme les anticoagulants ou les vasodilatateurs, en fonction des recommandations du médecin.
  • Concernant les personnes pratiquant la plongée, être en mesure de connaître les règles de base pour éviter les accidents de décompression.

Nécrose de la hanche : diagnostic

Examen clinique

L’ostéonécrose n’étant pas réellement douloureuse dans un premier temps, elle est souvent diagnostiquée à un stade relativement avancé. Le médecin s’oriente généralement vers la piste de l’ostéonécrose lorsque les douleurs post-traumatiques à la suite d’une fracture ne diminuent pas, ou lorsque que le patient développe des douleurs inhabituelles au niveau de la hanche. Cela est d’autant plus vrai si le patient présente des facteurs de risques connus comme une forte consommation d’alcool et de tabac, ou des antécédents médicaux.

Examen(s) d’imagerie

Dans le cas où la pathologie est soupçonnée par le médecin, le diagnostic de la nécrose de hanche peut être confirmé soit par radiographie, soit par imagerie par résonance magnétique (IRM). La radiographie est en mesure d’identifier l’ostéonécrose si la pathologie est dans un stade avancé. En revanche, si la radiographie ne décèle aucun signe particulier, une IRM peut permettre d’identifier un éventuel effondrement de l’os ou une arthrose de l’articulation.
Si le diagnostic effectué par les médecins révèle une nécrose d’un côté de la hanche, une radiographie ou IRM sera également mise en place de l’autre côté.

Potentiels examens complémentaires

Enfin, une prise de sang peut être prescrite afin d’identifier une possible maladie sous-jacente responsable de l’ostéonécrose.

Nécrose de la hanche : traitement

Pour les patients atteints de nécrose de la hanche, le médecin prescrira un traitement chirurgical ou non en fonction des dégâts.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais