Menu

Menu

Traitement de la raideur du coude post traumatique à Paris - Dr Paillard

Raideur du coude post traumatique

La raideur du coude post-traumatique est une pathologie très handicapante au quotidien pour le patient qui en souffre. Trouvant ses origines dans différents traumatismes, la raideur du coude empêche la flexion ou l’extension complète du bras en raison du raidissement du coude, d’où la nécessité d’en comprendre les origines, les symptômes, et de savoir comment la prévenir.

Raideur du coude

Raideur du coude : définition

Le coude est une articulation charnière qui fait le lien entre le bras et l’avant-bras et qui permet des gestes comme la flexion, l’extension mais permet aussi la direction de la main pour les gestes du quotidien. Dès lors, lorsque le coude subit un enraidissement, tous les gestes qui sont d’ordinaire basiques et faciles à réaliser deviennent très compliqués voire difficilement réalisables.

La perte de mobilité de ce membre supérieur peut s’avérer très handicapante, d’autant plus que le coude permet également des gestes tels que la pronation ou la supination, qui sont les gestes rotatifs de la main, ce qui signifie que la raideur du coude peut entraîner une immobilité du membre tout entier.

Le handicap généré par une telle pathologie n’est pas des moindres. En effet c’est la vie quotidienne du patient qui est touchée, que ce soit sur le plan professionnel ou sur le plan privé comme pour les loisirs. Et avec cette immobilité, ce sont la plupart du temps des douleurs à l’intérieur du coude mais aussi des douleurs du coude à l’avant-bras qui se manifestent, combinées à des sensations de craquements et de coude bloqué.

Raideur du coude : causes et facteurs de risques

La plupart du temps, la raideur du coude est le résultat de séquelles, elles-mêmes résultant d’un traumatisme. D’où son appellation de raideur du coude post-traumatique. Cela peut-être une conséquence à de l’arthrose dans le coude également, l’arthrose étant reconnue comme facteur de raideur.

Cependant, la raideur du coude post traumatique peut survenir à la suite d’une entorse du coude, d’une luxation du coude, d’une bursite du coude, mais aussi à la suite d’étirements des ligaments du coude. Par exemple il n’est pas rare qu’une raideur du coude arrive à la suite de chutes ou de traumatismes sportifs entraînant une luxation.

Bien entendu, il existe pour cette pathologie des facteurs qui prennent leur origine ailleurs comme des maladies rhumatismales, des interventions chirurgicales qui auraient débouché sur des complications (par exemple l’opération d’un coude cassé qui aurait eu pour conséquences diverses complications), des dysfonctionnements musculaires ou une rétraction des tissus péri-articulaire à la suite d’une brûlure ou d’une cicatrice.

La raideur au coude post-traumatique du coude peut avoir différentes origines et pour en connaître les raisons, il est plus prudent de consulter rapidement, pour effectuer tous les examens nécessaires afin de trouver un traitement adapté ou un comportement quotidien en adéquation avec la pathologie. Mais avant cela, voyons quels en sont les différents symptômes.

Raideur du coude : symptômes

L’alerte d’une raideur du coude post-traumatique est surtout donné par un symptôme principal qui est la perte de mobilité du coude en flexion, en extension et en pronosupination, ce qui signifie que le patient atteint d’une raideur d’un coude ne parvient non seulement pas à effectuer les mouvements articulaires du coude, mais en plus, il ressent des douleurs qui accompagnent la difficile mobilité.

Les mouvements de la vie quotidienne deviennent par ailleurs très rapidement complexes à réaliser, ne serait-ce qu’une banale toilette ou l’enfilement d’un vêtement.

Cette perte de mobilité post-traumatique accompagnée de douleurs à l’intérieur du coude, au niveau de l’articulation, doit être prise comme un véritable signal d’alerte. Les douleurs sont généralement nombreuses, fréquentes, et doivent amener le patient à se poser des questions. Elles peuvent être des douleurs du coude en externe, des douleurs du coude lorsque le bras est tendu (lorsqu’il est possible de le tendre plus ou moins), il peut s’agir de douleurs dans le coude après un choc, et même de douleurs qui vont de l’épaule au coude et du poignet aux doigts.

Ces symptômes doivent pousser à consulter rapidement un médecin afin d’effectuer des examens complémentaires, d’imagerie ou clinique.

Raideur du coude : prévention

La tête radiale appartient aux articulations huméo-radiale et radio-ulnaire proximale, ce qui signifie qu’elle est impliquée dans tous les mouvements du coude. Elle joue un rôle prépondérant dans la stabilité du coude et dans tous les mouvements permis par le coude : les flexions, les extensions, mais aussi le déplacement de la main dans l’espace.

Dans la mesure où les fractures de la tête radiale sont fréquentes, représentant 17 à 20% des fractures du coude, et comportent différents degrés de sévérité, la raideur post-traumatique sera traitée selon le traumatisme subi, mais aussi on la préviendra selon le traumatisme subi.

Prévenir la raideur du coude post-traumatique relève de ce fait, en tout premier lieu, d’une immobilisation ou tout du moins d’une mobilité réduite en fonction des facteurs cicatriciels, musculaires, et articulaires, mais il faudra aussi prendre en compte les douleurs perçues.

Pour parvenir à diminuer un peu les douleurs et à prévenir la raideur du coude post-traumatique, un traitement par un masseur-kinésithérapeute peut être mis en place dans le cadre du traitement à suivre.

Raideur du coude : diagnostic

Pour diagnostiquer la raideur du coude post-traumatique, il est important d’avoir recours à l’imagerie dans le cadre du traitement de la raideur du coude. Pour avoir un visuel de qualité, il convient d’effectuer des clichés de face et de profil car ces derniers apportent des précisions sur les articulations et sur une éventuelle calcification.

Aussi, un arthroscanner ou un scanner en 3D sera apprécié pour visualiser les déformations osseuses et mettre en évidence la qualité des cartilages articulaires. Pour déterminer la maturité des ossifications hétérotopiques, une affection bénigne qui se traduit par le développement d’une structure osseuse anormale, une scintigraphie peut être réalisée.

Ces nombreux examens d’imagerie et examens cliniques permettent de mettre au jour l’évolution de cette pathologie qu’est la raideur du coude post-traumatique.

La scintigraphie aura cependant un impact moindre pour déterminer si les ossifications sont amenées à revenir lorsqu’elles auront été enlevées. De la même façon, des examens complémentaires comme un bilan clinique peuvent être pratiqués pour limiter les douleurs liées à la raideur du coude.

Raideur du coude : traitement

Comment soigner une raideur du coude ? Que faire ? Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter la page relative au traitement de cette pathologie.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais