Menu

Menu

La rupture du tendon rotulien: Symptômes, diagnostic et traitement à Paris - Dr Paillard

Rupture tendon rotulien : symptômes

La rupture du tendon rotulien est une pathologie rare, mais fortement invalidante de par la douleur et la gêne occasionnées : de quoi s’agit-il exactement, quels sont les causes et symptômes de cette pathologie, comment se fait le diagnostic et l’examen clinique ?

Rupture du tendon rotulien

Définition de la rupture du tendon rotulien

Le genou est une articulation complexe reliant 3 os : la rotule, le tibia et le fémur. Sa stabilisation et sa mobilité sont assurés par 4 ligaments (collatéraux et croisés), ainsi que 2 tendons : le tendon quadricipital et le tendon rotulien (aussi appelé tendon patellaire), participant au maintien de la position debout. Le tendon quadricipital est formé par les quatre chefs musculaires du quadriceps, s’insérant sur la rotule. Le tendon rotulien s’insère en-dessous du tendon quadricipital sur la rotule, ainsi que sur la tubérosité tibiale. Ils permettent l’extension active du genou.

Lors d’une activité sportive trop intense, avec une récupération insuffisante, ces tendons sont susceptibles de s’inflammer (tendinite) et de se déchirer (partiellement ou en totalité), aboutissant à l’incapacité d’étendre le genou.

La rupture du tendon rotulien arrive généralement lors d’une réception de saut violente, avec le genou semi-fléchi. La déchirure de ce tendon peut être totale ou partielle ; elle a lieu généralement au niveau de la rotule plutôt que dans le corps-même du tendon. La rupture du tendon rotulien est bien moins fréquente que celle du tendon quadricipital, et intervient davantage chez les patients de moins de 40 ans, notamment après un effort sportif trop intense ou un choc brutal.

La rupture du tendon rotulien produit une vive douleur chez le patient, avec l’impossibilité d’étendre complètement son genou. Elle nécessite une prise en charge rapide afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles en termes de mobilité du genou.

Qu’elle soit totale ou partielle, la rupture du tendon de la rotule ne se soigne pas avec un simple traitement médical : il convient en effet de procéder à une intervention chirurgicale. Cette dernière permettra de réparer le tendon lésé et de redonner l’extension au genou.

En fonction des caractéristiques de la lésion, différentes techniques chirurgicales peuvent être utilisées. Dans tous les cas, plus la prise en charge a lieu rapidement après l’accident, et meilleurs sont les résultats.

Après l’intervention chirurgicale, la durée d’hospitalisation est de 4 à 5 jours. Le genou devra ensuite être immobilisé pendant 6 à 8 semaines en moyenne, à l’aide d’une attelle. Des séances de rééducation chez un kinésithérapeute seront par la suite essentielles afin de retrouver la pleine mobilité du genou, mais aussi pour remuscler la jambe.

L’opération chirurgicale permet généralement une récupération complète de la fonction motrice du genou, avec la reprise du travail possible sous 3 à 6 mois, et la reprise du sport sous 6 à 12 mois en moyenne. La cicatrisation est assez longue, de par la fragilité de ce tendon.

Causes et facteurs de risques de la rupture du tendon rotulien

La rupture du tendon de la rotule est le plus souvent traumatique, due à un effort trop poussé ou bien à un choc.

Elle se rencontre très régulièrement dans les sports nécessitant des impulsions, des sauts et / ou des courses, tels que l’athlétisme, le volleyball, le basketball, le football ou encore le ski.

Des facteurs de risques de rupture se rencontrent également chez l’athlète : la maladie d’Osgood-Schlatter et la tendinopathie du tendon de la rotule (jumper’s knee). Les injections intratendineuses de corticostéroïdes (pour le traitement des tendinopathies rotuliennes) augmentent également le risque de rupture, fragilisant le tendon.

Rupture du tendon rotulien : symptômes

Les symptômes d’une rupture du tendon rotulien sont une impression de déchirure, la sensation d’un « genou qui lâche », accompagné d’une vive douleur et d’une impotence fonctionnelle.

Les douleurs peuvent également se retrouver au repos, lors des gestes de la vie courante (conduite automobile, position assise, montée des escaliers, marche sur un terrain en pente ou en descente, etc.).

En cas de rupture totale du tendon de la rotule, le patient est également dans l’impossibilité d’étendre son genou. Sa rotule est également déplacée vers le haut, on parle de « patella alta ».

Prévention de la rupture du tendon rotulien

Il est possible de prévenir le risque de rupture du tendon de la rotule en prenant soin de s’échauffer convenablement avant toute pratique sportive, de s’hydrater suffisamment, et de prendre le temps de se reposer entre les séances. Des étirements réguliers permettent également de garder une bonne souplesse du tendon.

Quel diagnostic ?

Examen clinique

Pour diagnostiquer une potentielle rupture du tendon de la rotule, le médecin procède à un interrogatoire, afin d’identifier la pathologie ou l’événement traumatique associés à la rupture (accident de travail, accident sportif, etc).

Ensuite, il fait un examen clinique, en évaluant la mobilité du genou du patient, en particulier en extension. Il palpe l’articulation, notamment afin de voir si la rotule a migré vers l’intérieur de l’articulation (il s’agit de l’ascension de la rotule).

Il effectue également des tests cliniques, en mettant en tension le tendon (en charge, appui sur une jambe, flexion du genou, etc.), afin que le patient puisse localiser parfaitement la douleur.

Examen(s) d’imagerie

Pour confirmer le diagnostic de rupture du tendon rotulien, le médecin demande une radiographie de face et de profil : celle-ci lui permet notamment de visualiser l’ascension de la rotule, mais aussi d’éventuelles calcifications, voire ostéomes.

Dans les cas plus complexes, ou bien si un doute subsiste, le médecin demande une échographie et / ou une IRM afin d’explorer pleinement les différentes structures. L’échographie permettra notamment de visualiser l’épaississement du tendon, le nodule et les bursites associées. Quant à l’IRM, elle est particulièrement utile dans les formes atypiques.

Rupture du tendon rotulien : traitement

Comment soigner une rupture du tendon rotulien ? Que faire ? Découvrez le traitement lié à cette pathologie.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais