Menu

Menu

Rupture distale du biceps : causes et traitement à Paris - Dr Paillard, chirurgien orthopédique

Rupture distale du biceps : opération

Le biceps est un muscle du membre supérieur qu’est le bras, qui permet au coude de réaliser le mouvement de flexion, mais également le mouvement qui permet de serrer. La rupture distale est la rupture de l’insertion du muscle sur le radius au niveau du tendon, et a pour conséquences la formation d’un hématome, la perte de force dans les mouvements de flexion et de serrage, et des douleurs invalidantes, donc il convient d’opérer rapidement pour retrouver pleinement les facultés et la mobilité du bras.

Réparation d’une rupture distale du biceps

Définition de la rupture distale du biceps

Le biceps est un muscle qui permet des mouvements importants, comme le fait de pouvoir serrer les poings ou un objet dans ses mains, mais aussi la flexion du bras. Lorsque le tendon du biceps se rompt, il se détache du radius. Ce détachement est généralement précédé d’épisodes douloureux puis entraîne plusieurs symptômes comme un hématome, la perte de force dans le mouvement de flexion au niveau du coude, et l’incapacité de serrer. De manière générale, lorsque le patient est victime d’une rupture du tendon du biceps, il en ressent la douleur vive et brutale lors du port d’une charge lourde par exemple, et décrit la plupart du temps la sensation d’avoir reçu un coup de fouet dans le bras ou une sensation de claquage. Le bras qui a subi la rupture distale est généralement gonflé en comparaison au membre opposé et c’est souvent ce qui permet de poser le diagnostic. Cette pathologie survient toutefois plus fréquemment chez les hommes âgés de 40 à 60 ans, notamment lors d’une extension forcée sur un coude en flexion et en supination.

Pourquoi opérer la rupture distale du biceps

Le patient est consulté le plus souvent dans les 3 semaines qui suivent le traumatisme de la rupture distale du biceps. La rupture distale entraîne une perte de force d’environ 50% dans le mouvement de flexion et sans intervention chirurgicale, le patient ne récupère pas sa force ou une mobilité correcte. Cette perte de force lors de la flexion est ressentie par le patient comme une véritable gêne au quotidien, que ce soit dans le cadre d’une activité professionnelle ou pour la pratique d’une activité sportive. D’où la nécessité d’opérer la rupture distale du biceps. Le traitement par voie chirurgicale permet au patient de retrouver une force presque complète.

Définition de la réinsertion distale du biceps

Le patient ressent des douleurs durant un moment lorsqu’il est victime d’une rupture distale du biceps. Il peut même s’écouler plusieurs semaines avant qu’il ne se décide à consulter. En général, on considère que de 3 à 6 semaines après la rupture distale, le traitement chirurgical permet de redonner sa force et sa mobilité correcte au bras du patient lorsque ce dernier se décide à consulter. Cependant, pendant ce laps de temps, le muscle se rétracte, ce qui peut engendrer des complications de l’intervention. Cette intervention a pour but de repositionner le tendon du biceps. Deux incisions relativement courtes sont réalisées pour cette réinsertion distale. Ces incisions permettent de récupérer le moignon du biceps et de le refixer sur le radius. Des ancres nouées dans le tendon sont ensuite vissées au niveau du radius. Réalisée sous anesthésie locale ou générale en fonction de l’état de santé du patient, cette intervention dure en moyenne entre quarante-cinq minutes à une heure.

La rééducation post-opératoire et la reprise des activités

A la suite d’une réinsertion distale du biceps, le bras du patient doit rester au repos pendant une période qui peut aller jusqu’à six semaines, dans une attelle qui englobe le poignet et le coude. Pendant six semaines, le coude sera maintenu dans une position fléchie à 90° dans l’attelle. La rééducation sera mise en place par le kinésithérapeute dès le lendemain de l’opération pour mobiliser l’avant-bras du patient. L’attelle qui maintient le bras du patient ne peut être retirée qu’après l’accord du chirurgien, et la plupart du temps à la suite d’une période d’environ six semaines après l’intervention. C’est à ce moment-là que le patient doit recommencer à mobiliser son coude, dans le but de récupérer sa force et ses capacités motrices. La conduite peut être reprise environ deux mois après l’opération de réinsertion distale du biceps, de même que la reprise du travail en fonction de l’intensité de l’activité professionnelle et du besoin à mobiliser le bras. Les activités sportives quant à elles ne sont reprises qu’environ trois mois après l’opération.

Risques et complications de la réinsertion distale du biceps

Toute opération de chirurgie comporte des risques et des possibilités de complications. Cela peut être dû à la chirurgie en elle-même ou à l’anesthésie. Dans la plupart des cas, le mouvement de l’extension est plutôt bien récupéré, et relativement rapidement. Il peut arriver que quelques complications sur le plan nerveux surviennent dans des cas rares avec notamment des blessures accidentelles des nerfs autour du coude, ou des complications en rapport avec une ossification de la membrane. Lorsqu’un nerf est accidentellement blessé, une diminution de la mobilité de la main et de l’avant-bras peut être constatée. Il est possible aussi de voir apparaître un hématome qui devra être ôté par évacuation. Les infections dans le cadre d’une réinsertion distale du biceps sont des complications rares, bien qu’il soit possible que cela arrive. Dans ce cas-là, la zone concernée est lavée et une mise sous antibiotiques est envisagée. Parmi les complications possibles, il est important de mentionner l’algodystrophie, qui est une réaction inflammatoire qui peut engendrer des douleurs assez importantes mais qui peut être gérée par traitement. Cette complication reste une des plus invalidantes car elle est longue à guérir.

Résultats attendus de l’opération

La réinsertion distale du biceps possède un taux de réussite très positif et encourageant. Dans la plupart des cas, les résultats sont très prometteurs, permettent de constater une récupération très appréciable de la mobilité du bras, et une récupération progressive de sa force. Généralement, ces résultats encourageants s’observent quelques mois après l’intervention chirurgicale. Grâce aux nouvelles technologies et aux progrès notables de la médecine, les matériaux utilisés sont de très bonne qualité, les fixations sont plus résistantes qu’avant, ce qui facilite notamment le travail de rééducation. La récupération se fait généralement sans encombre et dans des délais très convenables.

Les Autres Chirurgies du Coude

Le dr.Paillard pratique également les opérations du coude ci-dessous :

Les autres

Chirurgies

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais