Menu

Menu

Traitement de la rupture du ligament croisé antérieur (LCA) à Paris - Dr Paillard

Rupture ligament croisé antérieur (LCA)

Plutôt fréquente chez les sportifs, la rupture du ligament croisé antérieur (LCA) désigne une atteinte douloureuse d’un des ligaments responsables de la stabilité du genou. Voici une explication détaillée de cette pathologie du genou avec ses causes, facteurs de risques, symptômes, moyens de prévention, et son diagnostic.

Rupture ligament croisé antérieur

Définition de la rupture du ligament croisé antérieur (LCA)

Dans l’anatomie du genou, le ligament croisé antérieur (LCA) se situe dans la partie centrale. Plus précisément, il commence à l’extrémité basse du fémur (os de la cuisse), traverse l’articulation du genou en diagonale, puis vient se fixer sur l’extrémité haute du tibia (os de la jambe). Par ailleurs, on parle de ligaments croisés du genou car le LCA a un symétrique : le ligament croisé postérieur (LCP), et ces deux ligaments se croisent au centre du genou. Ce croisement s’effectue en particulier lors de mouvements de flexions et extensions du genou, ou encore lors de la rotation de la jambe.

Les deux ligaments croisés sont indispensables à la stabilisation du genou. Pour cela, le rôle du ligament croisé antérieur est double :

  • il s’oppose à un déplacement trop important du tibia par rapport au fémur ;
  • il empêche le tibia d’effectuer une rotation excessive par rapport au fémur.

Ainsi, par définition, la rupture du ligament croisé antérieur ou LCA du genou désigne une rétractation de ce ligament au niveau de ses deux extrémités. Cette déchirure, d’origine traumatique, peut être partielle ou complète. Elle engendre des troubles de la fonction du genou. De plus, un tel phénomène ne peut pas se cicatriser naturellement et peut nécessiter une opération du genou. Par ailleurs, la rupture du LCA s’accompagne parfois d’autres lésions. La suite de cette page traite des causes et facteurs de risque d’une déchirure du LCA, des symptômes, moyens de prévention, et du diagnostic.

Causes et facteurs de risques de la rupture du LCA

La rupture du ligament croisé antérieur est une pathologie du genou assez fréquente chez les sportifs. Elle est souvent associée à une entorse grave. En effet, on estime à 1/3000 le risque de faire une entorse avec rupture complète du LCA. Les principaux sports concernés sont le football, le ski, et tous les sports de combat. En effet, ces disciplines requièrent des mouvements du genou qui sont plus propices à une déchirure ligamentaire.

La cause principale d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou est un traumatisme. D’une part, il peut s’agir d’un traumatisme direct, par exemple suite à un coup porté au genou. Mais dans la majorité des cas, il s’agit d’un traumatisme indirect, causé par un mouvement de torsion. Le pied reste bloqué au sol tandis que le genou pivote (vers l’intérieur ou vers l’extérieur). Un tel traumatisme du genou peut se produire lors :

  • de la réception d’un saut ;
  • d’un changement de direction violent ;
  • d’un simple mouvement de pivot.

Rupture du ligament croisé antérieur : symptômes

Les premiers symptômes d’une rupture du LCA apparaissent immédiatement après le traumatisme. La pathologie se manifeste alors par :

  • de fortes douleurs au genou ;
  • des craquements ;
  • une sensation d’instabilité ;
  • une difficulté à tendre le genou ;
  • un gonflement du genou provoqué par la présence de sang dans l’articulation (hémarthrose) ;
  • un blocage temporaire du genou (à cause de la douleur) ;
  • une grande difficulté à marcher (également à cause des douleurs).

Par la suite, la rupture du ligament croisé antérieur se traduit dans la vie de tous les jours par une instabilité du genou et une sensation de gêne. En effet, certains gestes du genou comme les torsions et les rotations sont difficiles, ce qui peut être handicapant pour les changements de direction par exemple. De même, avec un LCA lésé, il est difficile de pratiquer une activité sportive qui requiert des mouvements spécifiques comme des pivots. Afin de mettre en place un traitement adapté, il est donc important de prendre rendez-vous chez un spécialiste dès que les premiers signes se manifestent.

Prévention de la rupture du ligament croisé antérieur

Comme mentionné précédemment, la rupture du ligament croisé antérieur est surtout causée par un traumatisme lors de la pratique d’un certain sport. Par conséquent, le moyen de prévention le plus efficace est le renforcement musculaire et l’échauffement avant l’effort physique. Grâce à une telle préparation, le genou est en effet plus résistant lors des sauts et des pivots, et la probabilité de déchirure du LCA est réduite.

Rupture du ligament croisé antérieur : diagnostic

Examen clinique

L’examen clinique de la rupture du LCA débute par un interrogatoire du patient pour pouvoir déterminer les circonstances du traumatisme et faire le point sur les différents symptômes. Le diagnostic continue avec des tests comme le test de Lachmann. Le but est de déterminer, grâce à la réalisation de gestes précis, s’il existe un « tiroir antérieur », c’est-à-dire une translation anormale du tibia par rapport au fémur. De même, le médecin détermine la présence ou non d’un ressaut. Lors de ces tests cliniques, la réaction du genou problématique est comparée à l’autre genou (sain) pour pouvoir confirmer ou non une rupture du ligament croisé antérieur.

Examen(s) d’imagerie

Parfois, l’examen clinique peut ne pas être concluant. C’est généralement le cas lorsque le gonflement du genou du patient est trop important et que les tests cliniques sont alors difficilement réalisables. Le diagnostic de la rupture du ligament croisé antérieur peut donc être confirmé par IRM (imagerie par résonnance magnétique). Cette méthode permet en effet de visualiser l’intérieur du genou. Cependant, en cas de contre-indication à l’IRM, l’arthroscanner est employé. Pour cela, un produit est injecté dans le genou, pour permettre la visualisation des différents tissus. Associés aux radiographies standards, ces examens d’imagerie visent également à identifier d’autres lésions telles qu’une atteinte des ménisques. Selon la gravité du cas, le médecin peut ensuite prescrire au patient un traitement adapté.

Rupture du ligament croisé antérieur : traitement

Comment soigner une rupture du ligament croisé antérieur ? Que faire ? Découvrez le traitement lié à cette pathologie.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais