Menu

Menu

Traitement de l'arthrose de la hanche (Coxarthrose) à Paris - Dr Paillard

Arthrose de la hanche (ou coxarthrose)

L’arthrose de la hanche, également appelée coxarthrose, est une pathologie handicapante pour la vie quotidienne : comment et pourquoi se manifeste-t-elle, quels sont ses symptômes, comment la prévenir, comment est-elle diagnostiquée ?

Arthrose de la hanche

Arthrose de la hanche (ou coxarthrose) : définition

L’arthrose est le processus d’usure d’une articulation. Il s’agit des fameux « rhumatismes », qui diminuent la mobilité et provoquent des douleurs.

Lors du vieillissement notamment, les cartilages des articulations perdent leur souplesse peu à peu : leur capacité d’amortissement est diminuée, et les contraintes liées aux mouvements font qu’ils se fissurent progressivement.

Véritable problème de santé publique, l’arthrose peut toucher différents endroits de l’organisme : les plus fréquents sont le cou, les lombaires, les hanches, les genoux, les mains et les pieds. 80% des personnes de plus de 80 ans souffrent de cette pathologie, contre 3% des moins de 45 ans.

L’arthrose de la hanche, la coxarthrose, est une pathologie chronique, correspondant à une usure progressive des cartilages de l’articulation coxo-fémorale, située entre la cuisse et le bassin. Elle représente 10% des arthroses.

Son évolution peut être lente, en évoluant sur plus de 10 ans, ou devenir invalidante d’emblée. Elle débute par une dégénérescence du cartilage, évoluant ensuite jusqu’à atteindre l’ensemble de l’articulation.

Les lésions de l’arthrose sont irréversibles, mais les traitements médicaux peuvent limiter son évolution (antalgiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, anti-arthrosiques d’action lente, etc.). Des injections de corticoïdes ou d’acide hyaluronique peuvent également aider à limiter les douleurs. Dans certains cas, notamment chez le sportif, une intervention chirurgicale peut être recommandée : c’est l’arthroscopie de la hanche.

En cas d’arthrose de la hanche, il est recommandé de poursuivre une activité physique légère, à raison de 2 à 3 fois par semaine, telle que la marche, la natation ou le vélo, afin de mobiliser l’articulation. Utiliser une canne du côté opposé à la hanche atteinte permet aussi de limiter les douleurs et potentiellement de ralentir la dégradation du cartilage.

Il existe 2 types d’arthrose de la hanche : primitive (sans cause traumatique ni anatomique), et secondaire (suite à une maladie ou une malformation).

Coxarthrose : causes et facteurs de risque

L’arthrose est causée par un excès de pression sur le cartilage. Celui-ci finit par se rompre, laissant des petits morceaux dans la cavité de l’articulation. En réponse, la membrane synoviale, enveloppant l’articulation, devient inflammatoire, ce qui conduit à la prolifération de l’os (l’ostéophytose). C’est cette dernière qui est responsable des douleurs et raideurs articulaires.

Les facteurs de risque de l’arthrose primitive sont notamment la surcharge pondérale, le port fréquent de charges lourdes, l’excès de sport intensif, l’âge, la génétique et le sexe féminin (en effet, l’arthrose est estimée à 2 fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme).

Quant à l’arthrose secondaire, elle peut découler d’anomalies anatomiques, de lésions des ligaments de l’articulation, d’atteintes osseuses, ou encore de maladies inflammatoires, métaboliques ou infectieuses.

Arthrose hanche : symptômes

La douleur à la hanche est l’un des premiers symptômes de la coxarthrose. Elle est située au niveau du pli de l’aine, irradiant vers l’intérieur ou l’avant de la cuisse, voire vers l’arrière de la cuisse. Il peut également y avoir une douleur au niveau du genou. Ces douleurs évoluent par poussées, durant lesquelles elles sont majorées.

Cependant, il peut arriver que l’arthrose soit sans douleur, et décelée seulement lors d’une radiographie.

Très invalidante, l’arthrose de la hanche engendre une gêne à la marche importante chez les personnes atteintes, incitant au port d’une canne. Sa douleur augmente dès que le patient réalise un effort, telle qu’une montée ou descente d’escaliers.

La raideur de l’articulation est particulièrement ressentie le matin, le temps au corps de se « déverrouiller ».

Une boiterie à la marche peut également s’installer au fil du temps.

Coxarthrose : prévention

Pour prévenir la coxarthrose, il est nécessaire de limiter les facteurs de risque au maximum. Il est recommandé de maintenir une alimentaire équilibrée, de pratiquer une activité physique régulièrement, et de limiter la pression exercée sur les articulations.

La surcharge pondérale appuie sur les articulations, augmentant le risque de développer une arthrose. Une alimentation équilibrée permet de maintenir un rapport poids/santé bénéfique. Par ailleurs, consommer des aliments riches en sélénium, en oméga-3 et en vitamine K permettrait de réduire les douleurs liées à l’arthrose.

La pratique d’une activité physique régulière permet de renforcer les muscles et d’assouplir les tendons stabilisant l’articulation. Des muscles toniques permettent de limiter le risque d’arthrose, en protégeant les articulations. Des exercices de renforcement et de mobilité articulaire sont particulièrement indiqués, ainsi que la pratique de la marche, du vélo, du yoga et de la natation.

Enfin, il convient de limiter le port de charges lourdes afin de réduire la pression exercée sur les articulations.

Arthrose de la hanche (ou coxarthrose) : diagnostic

Examen clinique

Contrairement à l’articulation du genou, la hanche est une articulation profonde : son gonflement n’est pas visible extérieurement.

Ainsi, pour diagnostiquer une potentielle arthrose de la hanche, votre médecin doit procéder à un examen clinique. Celui-ci consistera à estimer la limitation de l’autonomie, à identifier les mouvements réveillant les douleurs, à apprécier les déviations d’axes des jambes, la position du bassin, ainsi que la mobilité de la hanche.

Cet examen est tout d’abord pratiqué debout, pendant que vous marchez ; ceci permet notamment le repérage d’une boiterie. Enfin, l’examen se poursuit en position allongée. Le médecin plie le genou et la hanche, puis la fait pivoter de droite à gauche : cette mobilisation doit normalement réveiller les douleurs en cas d’arthrose.

Examen(s) d’imagerie

Pour confirmer l’existence de l’arthrose, et préciser sa nature primitive ou secondaire, votre médecin procédera à une radiographie de vos deux hanches.

Celle-ci se note par un amincissement du cartilage, résultant en un espace diminué entre les deux extrémités osseuses (le pincement articulaire), ainsi que des zones de densification et de prolifération de l’os.

Arthrose hanche : traitement

Comment soigner une arthrose de la hanche ? Que faire ? Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter la page relative au traitement de cette pathologie.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais