Menu

Menu

Traitement de l'arthrose de la cheville à Paris - Dr Paillard

Arthrose de la cheville

L’arthrose, également appelée ostéoarthrite, est une pathologie douloureuse liée à la dégradation des cartilages et des articulations. Dans cette page seront traitées les principales causes de l’arthrose de la cheville, ainsi que l’identification des symptômes et les techniques de diagnostic de cette pathologie.

Arthrose de la cheville

Définition de l’arthrose de la cheville

La cheville est l’articulation qui relie le pied à la jambe et qui joue un rôle essentiel dans la capacité à s’appuyer au sol et à marcher. La cheville est principalement mobilisée pour effectuer des flexions plantaires ou dorsales, ainsi que des inclinaisons médiales et latérales. Par ailleurs, la cheville est une articulation constituée de trois principales parties osseuses :

  • le talus (ou astragale) ;
  • l’extrémité inférieure de la fibula (ou péroné) ;
  • l’extrémité inférieure du tibia.

L’articulation de la cheville, et plus précisément le cartilage qui la compose, permet le bon coulissement de ces différentes extrémités osseuses entre elles, tandis que des ligaments assurent sa bonne stabilité. Cependant, lorsque le cartilage de la cheville se dégrade et rend l’articulation douloureuse et instable, on parle alors d’arthrose de la cheville.

Causes et facteurs de risques de l’arthrose de la cheville

Les origines de la formation d’arthrose de la cheville peuvent être multiples et dépendent le plus souvent du mode de vie et du patrimoine génétique des patients :

  • Dans une grande majorité des cas, l’arthrose est dite « primitive ». Ce type d’arthrose se produit sans raison particulière, hormis le vieillissement naturel du corps ou des déformations morphologiques comme le « pied plat » et/ou une déformation axiale de la jambe ou du pied.
  • Dans un second temps, l’arthrose peut être dite « secondaire ». De manière générale, ce type d’arthrose se produit à la suite de microtraumatismes répétés (surtout chez les sportifs), ou à la suite d’anciens traumatismes plus ou moins violents comme une entorse ou une fracture de la cheville.
  • Lorsque l’arthrose n’est ni due au vieillissement ni à des traumatismes, elle peut être alors causée par une infection bactérienne inflammatoire, une surcharge pondérale avérée, une polyarthrite rhumatoïde, ou encore une prédisposition génétique.

Arthrose de la cheville : symptômes

Les symptômes de l’arthrose de la cheville sont dus à la dégradation du cartilage de l’articulation qui engendre une mise en contact des différentes extrémités osseuses. Les symptômes d’une arthrose « primitive » se déclarent généralement de manière progressive, mais peuvent également se manifester sous forme de crise d’arthrose aiguë à certains moments de la journée ou de la saison. Par ailleurs, dans le cas d’une arthrose « secondaire », les symptômes peuvent se déclarer même plusieurs années après la survenue du traumatisme. Cependant, peu importe le type d’arthrose dont le patient souffre, les symptômes sont bien souvent identiques et sont les suivants :

  • Le patient ressent des douleurs à chaque fois que sa cheville est sollicitée, comme au cours de la marche, de la course à pied, de la pratique du vélo, ou encore de la conduite de sa voiture.
  • La cheville du patient semble raide et diminuée dans sa capacité à être mobile (flexion et extension).
  • La cheville du patient est gonflée à cause d’un épanchement du liquide synovial de l’articulation.
  • La cheville du patient produit régulièrement des craquements audibles ou des blocages empêchant le mouvement.
  • La cheville du patient est instable et favorise le boitement au cours de la marche ou de la course.

Prévention de l’arthrose de la cheville

Comme pour de nombreuses pathologies des articulations, il n’existe pas de véritable technique permettant d’éviter le développement de l’arthrose de la cheville. Cependant, différentes méthodes applicables au quotidien peuvent permettre de réduire le risque de formation d’arthrose de la cheville :

  • La pratique du renforcement musculaire aussi bien à la maison qu’en salle de sport permet le développement des muscles situés autour de l’articulation de la cheville, réduisant ainsi les différentes contraintes mécaniques qui peuvent être appliqués à celle-ci.
  • L’amélioration de l’équilibre à travers le yoga par exemple peut permettre la réduction du risque de mauvaise chute conduisant à une entorse ou une fracture de la cheville.
  • Le port de chaussures montantes et correctement lacées permet un meilleur maintien de la cheville et réduit considérablement les risques de traumatismes liés à une chute.

Ces différentes méthodes permettent principalement la réduction de traumatismes directs sur la cheville mais ne garantissent pas une protection contre l’arthrose liée à l’âge.

Arthrose de la cheville : diagnostic

Examen clinique

La première partie du diagnostic consiste en le questionnement du patient sur ses différents symptômes, ressentis, et pratiques quotidiennes. L’objectif pour le médecin est de déterminer les éventuels facteurs de risques pour mieux préciser son diagnostic, et par la suite procurer le traitement adapté.

Suite à l’interrogatoire, le médecin examine méticuleusement les articulations décrites comme douloureuses par le patient :

  • Le médecin vérifie la présence ou non de douleur au cours de la manipulation de l’articulation concernée. Sont-elles plus ou moins intenses ?
  • Le médecin évalue ensuite la présence ou non de déformation ou d’épanchement au niveau de la cheville.
  • Le médecin évalue enfin la mobilité de l’articulation et constate ou non la présence de craquements et/ou de blocages.

Examen(s) d’imagerie : arthrose cheville radiographie

Une radiographie classique et standard permet de diagnostiquer efficacement les signes d’une arthrose de la cheville même si les symptômes ne sont pas forcément ressentis. Cette radiographie vise à repérer quatre points principaux caractéristiques d’une arthrose :

  • L’articulation de la cheville est « pincée » à cause de la dégradation visible du cartilage.
  • L’articulation présente des excroissances osseuses, ou autrement appelées ostéophytes.
  • L’os autour de l’articulation est troué à plusieurs endroits (formation de « géodes »).
    Une condensation osseuse se forme sous le cartilage.

En fonction de l’avancement de la pathologie, le patient se verra prescrire un traitement adapté à ses besoins.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais