Menu

Menu

Opération ligament croisé postérieur à Paris - Dr Paillard

Opération ligament croisé postérieur

L’opération du ligament croisé postérieur, la ligamentoplastie sous arthroscopie, est une intervention qui consiste à réparer une déchirure du ligament croisé. La rupture du ligament croisé postérieur peut survenir lors de traumatismes graves accompagnés d’un choc violent, et doit faire l’objet d’une prise en charge rapide.

Ligamentoplastie du croisé postérieur

Définition de la rupture du ligament croisé postérieur

Le genou est une articulation qui fait la liaison entre le fémur et le tibia. Le ligament croisé est un élément du genou qui se trouve dans la cavité de celui-ci et qui permet la stabilité de l’articulation. Il existe le ligament croisé antérieur et le ligament croisé postérieur. Ensemble, ils constituent le pivot de l’articulation et permettent un mouvement de rotation. Le ligament croisé postérieur peut se rompre à la suite d’un traumatisme et peut provoquer l’instabilité du genou, mais moins tout de même que pour la rupture du ligament croisé antérieur, qui est bien plus fréquente. C’est une blessure particulièrement redoutée par les sportifs et qui laisse entendre un « clac » lorsqu’elle survient. Cette blessure est par ailleurs souvent comparée à un élastique qui se casse. Lorsque le ligament croisé est rompu, le patient se plaint d’une sensation de relâche au niveau du genou et en même temps d’une sensation de blocage. La rupture du ligament croisé postérieur peut avoir diverses conséquences telles que des lésions importantes des ménisques, d’autres ligaments ou du cartilage. La plupart du temps, le ligament croisé postérieur se retrouve endommagé lors d’un choc sur le tibia ou d’une luxation du genou, comme par exemple lors d’un traumatisme sportif ou un choc assez important.

Pourquoi opérer la rupture du ligament croisé postérieur ?

Lorsqu’il est rompu, le ligament croisé postérieur fait perdre sa stabilité au genou, provoquant une sensation très gênante de relâche au patient. Le fait d’opérer cette pathologie permet au patient de retrouver une stabilité, et de remédier aux douleurs ligamentaires qui accompagnent cette instabilité. Les sportifs qui ne souhaitent pas arrêter la pratique de leur activité se tourneront presqu’immédiatement vers l’opération du ligament croisé postérieur. Il faut savoir qu’environ 4 sportifs sur 5 qui ne se font pas opérer à la suite de ce type de blessure et qui continuent leur activité physique subissent une récidive l’année suivante, d’où la nécessité d’opérer. De plus, des déboîtements peuvent être ressentis par le sportif lorsque le ligament croisé postérieur est rompu, ce qui ne lui permet pas de poursuivre son activité dans de bonnes conditions et le pousse à se tourner vers l’opération. La ligamentoplastie permet de remédier à ces déboîtements. L’opération permet alors de reconstruire le système de pivot caractéristique du ligament croisé postérieur, car ce dernier ne se recoud pas, mais se reconstruit.

Définition de la ligamentoplastie, opération du ligament croisé postérieur

La ligamentoplastie est une opération au cours de laquelle on ne recoud pas le ligament croisé postérieur. Il s’agit avant tout de reconstruire ce dernier car il ne cicatrise pas tout seul. Cette technique chirurgicale consiste à prélever sur le patient lui-même un greffon de tendon, généralement le tendon rotulien, pour réparer le ligament croisé. Cela peut être aussi un greffon prélevé sur un tendon qui relie le muscle ischio-jambier au tibia. La greffe est introduite et placée à la place du ligament rompu grâce à deux petits tunnels que le chirurgien du genou réalise. Le greffon est ensuite fixé par des vis résorbables, des agrafes ou d’autres systèmes élaborés. L’opération du ligament croisé postérieur est une intervention qui se réalise sous arthroscopie pour éviter l’ouverture du genou. Elle se fait en ambulatoire, dure entre 45 minutes et 1 heure et se réalise sous anesthésie générale ou locorégionale. L’opération du ligament croisé doit être suivie d’une rééducation, cruciale pour permettre à l’opération d’être une réussite.

La rééducation post-opératoire et la reprise des activités

Après une opération du ligament croisé postérieur du genou, une rééducation est nécessaire. C’est d’ailleurs cette rééducation qui va permettre de tirer tous les bénéfices de l’opération. Elle démarre à l’hôpital-même la plupart du temps avec un kinésithérapeute et doit être poursuivie une fois les séances à l’hôpital terminées, soit avec un kinésithérapeute libéral soit dans un centre de rééducation spécialisé. Par ailleurs, des attelles ou des béquilles sont préconisées durant trois semaines après l’opération et des consultations de contrôle doivent être respectées après l’opération. L’attelle est retirée à environ 3 semaines et la conduite peut être envisagée environ 30 jours après l’opération. Des sports doux comme la natation et le vélo peuvent être repris à partir de la quatrième semaine, tout comme l’activité professionnelle si elle est assise. Un travail physique peut quant à lui être repris à trois mois seulement. La reprise du sport se fait entre le sixième et le douzième mois, en fonction du succès de la rééducation. Les spécialistes notent une récidive plus importante chez les patients âgés de moins de vingt ans. Durant cette rééducation, divers facteurs entrent en jeu pour que le patient récupère pleinement la mobilité de son genou : la cicatrisation, le respect des consignes de rééducation mais surtout la patience dont il doit faire preuve.

Risques et complications de la ligamentoplastie

Les complications de la ligamentoplastie sont rares. Elles peuvent être de l’ordre des hématomes qui se résorbent tous seuls, à la phlébite qui peut survenir en dépit du port de bas de contention. Pour limiter la phlébite, qui est la formation d’un caillot de sang, un traitement anticoagulant est prescrit au patient en complément des bas de contention. De façon plus rare, peuvent survenir des raideurs articulaires, une récidive de rupture, ou une infection de la cicatrice. Cette infection se traduit par de la fièvre, des frissons et un écoulement au niveau de la cicatrice, et nécessite une nouvelle intervention chirurgicale afin de nettoyer la plaie.

Résultats attendus de l’opération du ligament croisé postérieur

L’opération du ligament croisé postérieur doit permettre un déblocage de l’articulation et la disparition des douleurs engendrées par les raideurs. De même, le patient peut s’attendre à la disparition des sensations d’instabilité et à la récupération de ses facultés motrices. Bien qu’une nouvelle rupture puisse survenir, le patient peut espérer de cette opération une récupération de sa force musculaire et globalement, 90% des patients opérés du ligament croisé postérieur retrouve une stabilité du genou et des fonctions motrices et musculaires satisfaisantes.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais