Menu

Menu

Gonarthrose (Arthrose du genou): symptômes et diagnostic à Paris - Dr Paillard

Gonarthrose (genou) : symptômes et diagnostic

Le genou est une articulation complexe qui non seulement supporte tout le poids du corps, mais permet chaque mouvement qui concerne la mobilité, que ce soit la marche, la course ou la montée d’escaliers et le port de charges. La gonalgie, la douleur au genou, peut toucher diverses catégories de patients, du plus au moins actifs, et peut être révélatrice de pathologies très invalidantes comme la gonarthrose, ou l’arthrose du genou, c’est-à-dire une pathologie articulaire chronique qui peut rendre chaque mouvement du quotidien très compliqué.

Arthrose du genou

Définition de la gonarthrose (ou arthrose du genou)

L’articulation du genou permet les mouvements de flexion, d’extension et de rotation. Elle est très sollicitée au quotidien. Dans la vie de tous les jours, c’est une articulation qui supporte d’importantes charges et parfois, elle est même un peu malmenée.

L’arthrose est une pathologie qui se caractérise par une inflammation de l’articulation due à une usure prématurée et progressive du cartilage de l’articulation, menant au fil du temps à sa destruction.

En effet, dans l’articulation, le cartilage recouvre les extrémités des os, ce qui non seulement assure leur protection, mais aussi, permet un bon glissement des os entre eux dans l’articulation lors des mouvements, et leur évite de se frotter les uns aux autres.

La gonarthrose, ou arthrose du genou, est une pathologie qui touche l’articulation qui relie le fémur à la rotule ou le fémur au tibia, la gonarthrose fémoro-tibiale, provoquant de grosses poussées inflammatoires, et dans deux cas sur trois, elle touche les deux genoux : c’est la gonarthrose bilatérale.

La gonarthrose est donc une pathologie qui a pour finalité la dégradation du cartilage, entraînant des douleurs et des enraidissements qui sont très invalidants au quotidien, empêchant de réaliser des mouvements qui sont d’ordinaire basiques et simples à exécuter.

De manière générale, n’importe quelle articulation peut être touchée par l’arthrose, et la gonarthrose est une maladie plutôt fréquente. Toutefois, si les effets néfastes sur l’articulation sont similaires d’un sujet à l’autre, il faut savoir que les symptômes peuvent différer d’un patient à un autre.

Causes et facteurs de risques de la gonarthrose (ou arthrose du genou)

Si l’arthrose du genou est une cause majeure dans la perte d’autonomie mais aussi pour les douleurs de l’articulation, il faut reconnaître qu’elle peut s’expliquer de différentes façons : elle est multifactorielle.

En effet, la gonarthrose peut être d’origine systémique, c’est-à-dire provenant d’un trouble qui affecte le corps entier, mais elle peut aussi être liée à un trouble de l’articulation elle-même, et parfois même prendre son origine dans le mode de vie du patient.

Ainsi, on reconnaît aisément que la gonarthrose survient plus fréquemment chez les femmes, et que l’âge croissant du patient influence la survenue de la pathologie. L’âge rend les articulations moins résistantes, et à partir de 65 ans, les sujets atteints de gonarthrose sont plus nombreux.

De la même façon, le surpoids et l’obésité contribuent à l’apparition de la gonarthrose, en exerçant sur l’articulation une surcharge au quotidien. Lorsque les genoux sont très sollicités, lors d’actions telles que monter et descendre les escaliers ou porter des charges lourdes à répétition, le patient est également plus à même d’être touché par la gonarthrose, du fait que l’articulation soit beaucoup sollicitée.

Dans la liste des causes et facteurs de risques de l’apparition de la gonarthrose, il est important d’inclure aussi tous les facteurs anatomiques, comme les blessures ou les chirurgies subies par le genou, de même que les accidents comme l’entorse ou la fracture. Les traumatismes du genou subis par les grands sportifs ou par certains salariés, comme les carreleurs, sont également à prendre en compte dans l’apparition de l’arthrose du genou.

Arthrose genou : symptômes

La gonarthrose est une usure prématurée du cartilage de l’articulation du genou. Celle-ci entraîne divers symptômes invalidants, mais progressifs.

En effet, lorsque la maladie s’installe, elle est parfois silencieuse alors que le travail de destruction du cartilage a déjà commencé. Cependant, des douleurs apparaissent rapidement dans le genou : c’est la gonalgie.

Si la gonarthrose est plutôt fémoro-tibiale, elle aura tendance à être un peu plus diffuse. Ces douleurs s’accompagnent généralement de difficultés de mouvement dans le quotidien, comme par exemple la difficulté à marcher, à porter des charges lourdes, à monter et descendre des escaliers. Les douleurs peuvent survenir à n’importe quel moment, mais elles s’intensifient après une période d’inactivité, par exemple après la nuit.

Le patient explique qu’il ressent par ailleurs un blocage, un enraidissement et la sensation d’une articulation coincée. Il faut en général quelques minutes pour retrouver une certaine mobilité.

Prévention de la gonarthrose

De manière générale, la prévention passe par la suppression des facteurs aggravants de l’arthrose du genou. Prévenir l’arthrose du genou peut passer par des gestes simples, afin surtout de limiter les douleurs.

En effet, si le patient est dans une situation de surpoids ou d’obésité, la mise en place d’une méthode pour une perte de poids doit être envisagée. Ceci aura pour effet de limiter la charge qui pèse au quotidien sur les genoux et empêcher la survenue de la gonarthrose. La prévention peut passer par le fait d’éviter les sports favorisants la mobilisation intensive du genou, comme la course à pied, la marche rapide ou les sports de balle à un niveau de compétition.

Diagnostic de l’arthrose du genou

Examen clinique

Pour poser le diagnostic de la gonarthrose, un examen clinique chez le médecin traitant est une première étape. Grâce à un interrogatoire complet et à des palpations, le médecin peut comprendre la gêne occasionnée par les douleurs, localiser l’inflammation et diriger son patient vers des examens complémentaires, tels que des examens d’imagerie.

Examen(s) d’imagerie

Une radiographie permet alors de confirmer le diagnostic de la gonarthrose en montrant le cartilage aminci et une diminution notable de l’espace libre entre les os.

Examen(s) complémentaire(s)

En cas de doute, des examens complémentaires sont pratiqués, comme par ailleurs l’analyse du liquide synovial qui permet d’éliminer d’autres pistes telles que des rhumatismes inflammatoires chronique ou une infection, et ainsi confirmer la présence de la gonarthrose.

Arthrose genou : traitement

Comment soigner une arthrose du genou ? Que faire ? Découvrez le traitement lié à cette pathologie.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais