Menu

Menu

Traitement de la lésion du bourrelet cotyloïdien à Paris - Docteur Paillard

Lésion du bourrelet cotyloïdien

La lésion du bourrelet cotyloïdien est une pathologie qui peut survenir au cours d’un traumatisme de la hanche et empêcher une mobilité normale et un quotidien confortable. Douleurs vives, blocages, raidissements et parfois même boiterie sont les conséquences de cette inflammation, dont nous vous livrons tous les détails dans cette page explicative.

Lésion du bourrelet cotyloïdien

Lésion du bourrelet cotyloïdien : définition

Le cotyle de la hanche est une cavité de la hanche qui protège la tête du fémur et qui accueille le bourrelet cotyloïdien, une sorte de petit coussin en forme de croissant qui améliore le contact entre les éléments de l’articulation. La capsule articulaire qui protège l’ensemble de la tête du fémur se fixe sur le rebord de ce petit bourrelet, qui, lui-même, augmente la stabilité et la lubrification de la tête fémorale.

Le bourrelet cotyloïdien, également appelé « Limbus », vient donc palier dans certains cas à un manquement osseux au niveau du cotyle. Ceci signifie que dans des cas où la hanche aurait une certaine fragilité, ce bourrelet peut devenir un réel élément porteur au niveau du col du fémur. Cependant, il arrive souvent que le bourrelet cotyloïdien soit trop sollicité et subisse une lésion, un véritable traumatisme pour l’articulation, entraînant plusieurs conséquences désagréables et douloureuses.

Cette lésion est le syndrome du bourrelet cotyloïdien et il se caractérise par trois types de lésions : la rupture d’une partie du bourrelet, la fissure du bourrelet, et la séquelle d’une fissure du bourrelet qui est le kyste mucoïde du bourrelet. Parfois, il peut arriver que le syndrome du bourrelet cotyloïdien soit confondu avec une tendinite du fait de ses symptômes similaires.

Lésion du bourrelet cotyloïdien : causes et facteurs de risques

Les facteurs de risques et les causes de la lésion du bourrelet sont assez nombreux et variés car cette pathologie peut toucher de nombreuses catégories de patients, sportifs ou pas.

Le syndrome du bourrelet cotyloïdien peut apparaître à la suite d’un traumatisme de la hanche comme une luxation de la hanche, mais aussi à la suite d’arthrose ou d’une dysplasie de la hanche, qui est une malformation dégénérative. On observe fréquemment la lésion chez les sportifs, notamment les patients jeunes, et plus particulièrement chez ceux qui pratiquent le football en raison des coups qui peuvent être reçus lors des séances d’entraînement ou des matchs, des petits traumatismes répétitifs qui finissent par provoquer la lésion du bourrelet.

D’autres sportifs tels que les danseurs et les gymnastes peuvent être touchés par ce syndrome. Aussi, les personnes à risque sont les personnes souffrant d’une dysplasie de la hanche, c’est-à-dire une morphologie anormale de la hanche, mais également les patients qui souffrent d’arthrose dans la hanche, et pour finir, dans les cas de luxation de la hanche.

Lésion du bourrelet cotyloïdien : symptômes

Lorsqu’un patient souffre du syndrome du bourrelet cotyloïdien, plusieurs symptômes sont possibles. Bien entendu, ce sont les douleurs au niveau de la hanche qui vont faire leur apparition en premier lieu. Ces douleurs peuvent se situer sur la zone inguinale, elles sont généralement vives et peuvent même s’étendre à l’extérieur de la cuisse. Dans la plupart des cas, la douleur ressentie est très brutale et empêche tout mouvement.

Le patient qui souffre de cette lésion se sent généralement dérangé dans ses mouvements, mais également dérangé tout court, même au repos, au niveau de la hanche. De manière générale, tous les mouvements qui sont effectués par un patient souffrant de ce syndrome amènent à des blocages de l’articulation, à des dérobements, ou à des accrochages douloureux.

De la même façon, cette pathologie peut provoquer un enraidissement à la marche, et parfois même une sorte de boiterie, allant chez certains sujets atteints jusqu’à provoquer la nécessité de marcher à l’aide d’une canne.

Lors d’un examen médical, le patient atteint du syndrome du bourrelet cotyloïdien ressent une forte douleur lorsque le médecin lui fait fléchir la jambe vers le bassin ou lorsqu’il essaie d’effectuer une rotation vers l’intérieur de la cuisse. Tous ces symptômes sont les signes équivoques de la lésion du bourrelet.

Lésion du bourrelet cotyloïdien : prévention

Chez les sportifs, la lésion du bourrelet cotyloïdien peut être prévenue grâce à des échauffements plus importants et un entraînement plus en douceur lorsque cela est possible et si le sport le permet.

Les patients atteints de dysplasie sont malheureusement exposés plus que d’autres et il n’existe pour ces sujets aucune prévention, la fragilité résidant dans le cartilage.

Malheureusement, lorsque la lésion est là, il est déjà trop tard et le plus prudent est de consulter rapidement en cas de douleurs afin que tous les examens nécessaires soient effectués, et qu’un traitement adéquat soit donné. Ces examens médicaux et d’imagerie font partie de la prévention qui peut être effectuée avant d’être touché par le syndrome du bourrelet cotyloïdien.

Lésion du bourrelet cotyloïdien : diagnostic

Examen clinique

Le diagnostic de la lésion du bourrelet est en général rapide et radical : lors d’une première consultation avec un médecin généraliste, un médecin du sport ou un rhumatologue, ce dernier peut déceler une fragilité évidente dans les mouvements de rotation vers l’intérieur de la cuisse, et des douleurs très vives provoquées par la flexion vers le bassin.

Si le patient se plaint de douleurs vives et que la consultation médicale confirme ces douleurs, accompagnées des différents symptômes tels que le blocage, l’enraidissement et la difficulté voire l’impossibilité à bouger comme à l’ordinaire, alors le médecin prescrira des examens d’imagerie pour en savoir davantage.

Examen(s) d’imagerie

En premier lieu, c’est l’arthrographie qui est requise car elle met en évidence une déficience au niveau de la capsule articulaire qui protège la tête du fémur. Ensuite, une arthroscopie peut être de mise pour avoir une meilleure vue sur la lésion et le bourrelet fissuré : elle permet une vision directe de l’intérieur et offre une certaine précision quant à la lésion.

L’arthroscopie est en général l’examen de référence car elle permet de faire pénétrer à l’intérieur de l’articulation des instruments mécaniques ou motorisés et donc offrir un examen plus complet. L’arthroscanner et l’arthro-IRM peuvent mettre également en évidence la lésion du bourrelet, de la même façon qu’une radiographie de la hanche peut confirmer une dysplasie ou une arthrose de la hanche.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais