Menu

Menu

Rupture du tendon rotulien et rupture du tendon quadricipital: Traitement à Paris - Dr Paillard

Rupture du tendon rotulien et rupture du tendon quadricipital : traitement

Les ruptures du tendon rotulien et du tendon quadricipital sont relativement rares et se produisent à la suite d’un traumatisme comme un choc ou un effort trop important. Dans cette page seront développés les causes ainsi que le traitement de ces pathologies du genou.

Traitement de la rupture du tendon rotulien et du tendon quadricipital

Définition de la rupture du tendon rotulien et du tendon quadricipital

Les tendons sont des tissus permettant la bonne insertion des muscles sur les différentes parties osseuses. De par leur structure, les tendons permettent ainsi la stabilisation des articulations et la possibilité d’effectuer des mouvements comme les flexions ou les extensions. Au niveau du genou et de son articulation, on retrouve 2 principaux tendons : le tendon quadricipital et le tendon rotulien. Le tendon quadricipital est situé sur la partie avant du genou entre le muscle du quadriceps et la rotule. Le rôle principal de ce tendon est de permettre à l’être humain de se tenir debout et d’assurer les mouvements d’extension et de flexion du genou. Le tendon rotulien, quant à lui, se situe également à l’avant du genou mais entre les muscles jambiers et la rotule. Le rôle principal du tendon rotulien est d’assurer la transmission des actions exercées par le quadriceps au tibia.

La rupture d’un tendon consiste en l’interruption partielle ou totale de sa continuité. Les ruptures du tendon quadricipital et du tendon rotulien sont des pathologies rares et touchant en majorité les personnes de plus de 40 ans. Ces ruptures se produisent le plus souvent à la suite d’un traumatisme violent comme un choc, une chute de hauteur, une flexion brutale, ou un effort trop poussé sur le genou au cours de la pratique sportive. Le risque de rupture du tendon quadricipital ou du tendon rotulien peut également être accentué si la personne atteinte souffre de tendinite. Les ruptures du tendon quadricipital ou rotulien sont accompagnées d’un gonflement rapide et important au niveau de la rotule, ainsi que d’une forte douleur et une incapacité à étendre ou plier le genou.

Pourquoi opérer une rupture du tendon rotulien et du tendon quadricipital ?

La rupture d’un ou de plusieurs tendons au niveau du genou nécessite une prise en charge médicale rapide du patient. En effet, une rupture du tendon rotulien ou du tendon quadricipital engendre des douleurs intenses, un gonflement important du genou, une translation de la rotule, ainsi qu’une impotence fonctionnelle élevée. Si la pathologie n’est pas prise en charge assez rapidement, en plus de la douleur éprouvée, le risque pour le patient est de ne plus être en mesure de réaliser l’extension de son genou et de ne plus pouvoir se déplacer correctement. Ainsi, en cas de suspicion d’une telle pathologie, il est primordial de consulter un médecin dans les heures suivant le traumatisme.

Définition de la chirurgie du tendon rotulien et du tendon quadricipital

La chirurgie du tendon quadricipital ou du tendon rotulien nécessite la mise en place d’une anesthésie générale, locale, ou locorégionale.

La chirurgie du tendon quadricipital consiste à effectuer une suture ou réinsertion du tendon. Pour cela, le chirurgien réalise une ouverture au niveau de l’avant du genou au-dessus de la rotule, afin de pouvoir suturer les deux extrémités du tendon rompu entre elles.

La chirurgie du tendon rotulien consiste à réinsérer le tendon à l’os, ou à suturer les extrémités du tendon rompu entre elles. Un cadrage au fil d’acier permet de protéger la suture. Comme pour le tendon quadricipital, une ouverture au niveau de l’avant du genou est nécessaire.

La rééducation post-opératoire et la reprise des activités

La rééducation à la suite d’une chirurgie du tendon quadricipital ou du tendon rotulien est relativement longue, progressive, et requiert un suivi régulier du patient afin que celui-ci puisse retrouver l’intégralité de ses capacités physiques. Immédiatement à la suite de l’opération, le genou est immobilisé en extension grâce à une attelle, pour une durée d’environ 6 semaines. Cette immobilisation peut durer jusqu’à 2 mois dans le cas d’une chirurgie du tendon quadricipital. Dans les jours qui suivent, le patient est autorisé à se déplacer avec des béquilles et peut commencer le travail de rééducation. Cette dernière consiste à réaliser de manière progressive les mouvements de flexion et d’extension pour ne pas brusquer et endommager la cicatrisation. De nombreuses consultations post-opératoires sont également prévues dans l’année suivant l’opération du genou. La reprise de la conduite est généralement possible au bout de 2 mois, tandis que la reprise du travail se fait entre 3 et 6 mois en fonction de la profession exercée par le patient. Les activités sportives, quant à elles, sont de nouveau possibles après environ 6 à 12 mois.

Risques et complications de la chirurgie du tendon rotulien et du tendon quadricipital

Comme pour toute opération chirurgicale, la chirurgie du tendon rotulien ou du tendon quadricipital comporte des risques non-négligeables dont le patient doit être au courant. En plus de l’anesthésie en elle-même, les principaux risques liés à une chirurgie du tendon quadricipital ou rotulien sont les suivants :

  • Une récidive de rupture peut se produire à cause de la fragilité de la cicatrice. C’est d’autant plus possible dans le cas d’une rupture du tendon quadricipital.
  • Une infection bactérienne peut se déclarer et nécessiter la mise en place d’un traitement local et par antibiotiques.
  • Des artères et des nerfs peuvent être malencontreusement endommagés au cours de l’opération et nécessiter une chirurgie secondaire.
  • Des hématomes peuvent se former à la suite de l’opération et nécessiter une évacuation locale.

Résultats attendus de l’opération

La chirurgie du tendon quadricipital ou du tendon rotulien offre de bons résultats et permet une récupération totale des capacités dans la plupart des cas. Les mouvements de flexion et d’extension sont possibles de manière active et le patient peut reprendre le sport à niveau équivalent à celui avant la pathologie, bien qu’une perte plus ou moins importante de force musculaire soit constatée chez certaines personnes.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Philippe Paillard, il vous répondra dans les meilleurs délais