Sélectionner une page

Les tendons et les ruptures tendineuses

Le corps humain compte un certain nombre de tendons. Ces épais liens se situent dans le prolongement des muscles et permettent aux structures musculaires de s’insérer sur les structures osseuses. Ils ont un rôle dans la dynamique des mouvements et dans la stabilisation des articulations. Tous les tendons peuvent être lésés. Ceux situés au niveau des articulations des membres inférieurs sont généralement plus à risques car ils subissent des pressions plus importantes. L’exemple type est le tendon d’Achille situé à l’arrière du pied.

Anatomie du tendon

tendonsLes tendons sont des cordons constitués en grande partie de fibres de collagène. Certains sont recouverts d’une gaine capable de produire un liquide lubrifiant (liquide synovial) facilitant les mouvements. Ils sont résistants et beaucoup moins élastiques que les ligaments. Ils font partit de la structure musculaire. Toutefois, ils ne sont pas contractiles comme les muscles. Ils sont peu vascularisé – ils se régénèrent donc difficilement en cas de lésions – et très innervés – ce qui leur permet d’être particulièrement réactifs aux changements de pressions ou de directions exercée sur une articulation. Une de leur extrémité constitue une prolongation du muscle. L’autre, vient se fixer sur l’os au niveau de l’articulation.

Leur rôle principal est de transmettre à la structure osseuse la force générée par les muscles afin de produire les mouvements. Cependant ils ont aussi une action intermittente très importante sur la stabilisation des articulations. Les ligaments sont les stabilisateurs primaires et permanents. Toutefois, lorsqu’ils sont dépassés, en raison d’un choc trop brutal ou d’un mouvement trop vif ou inhabituel, les tendons, parce qu’ils ont la particularité d’être très réactifs, ont la capacité d’amortir les différents traumatismes mécaniques et d’éviter ainsi une chute ou une blessure (luxation, entorse…).

Pathologie des tendons

DIFFERENTS TYPES DE LESIONS

Les tendinoses, lésions chroniques engendrées par des micro traumatismes répétés qui conduisent à des lésions cicatricielles (nodules kystiques ou calcifications) causées par des micros ruptures des fibres. Ce mécanisme induit une raideur et une fragilité des tendons qui conduit certaines fois à des ruptures totales ou partielles. Elles se rencontrent régulièrement chez les grands sportifs, mais peuvent aussi se manifester chez des sujets plus sédentaires en particulier à des âges avancés.

Les tendinites, lésions inflammatoires provoquées par un mécanisme de frottement qui génèrent généralement un excès de sécrétion de liquide synovial, une inflammation des tissus et certaines fois, dans des formes avancées, des adhérences fibreuses avec d’autres tissus. Elles se caractérisent par une douleur, un œdème, une rougeur, et une sensation de chaleur voire de brûlure.

Les lésions traumatiques des tendons sont causées pas des chocs violents ou des changements de direction vifs et soudains. Elles peuvent conduire à des ruptures ou des luxations. Elles sont en règle générales associées à d’autres lésions de la région articulaire (fractures osseuses, entorses).

DIFFERENTES PATHOLOGIES

Pathologie des extrémités des tendons

Pathologies d’insertion : La myotendinite ou tenomyosite est l’inflammation de la jonction du muscle et du tendon. La douleur apparaît souvent de façon progressive à l’effort. L’enthésite ou ténopériostite est une lésion de la jonction du tendon avec l’os. La douleur est en générale très localisée et l’étirement du tendon douloureux.

Ténobursite : C’est une inflammation de l’extrémité du tendon et des bourses séreuses situées sur l’extérieur des articulations (entre l’os et le tendon) et qui facilitent les mouvements grâce à la sécrétion de liquide synovial.

Pathologies du corps du tendon 

La tendinite vraie : C’est l’inflammation du corps du tendon. Elle engendre des douleurs majorées à la palpation, lors de l’étirement passif du membre ou lors de mouvement contraints.

La ténosynovite : C’est l’inflammation de la gaine synoviale du tendon.

La tendinose : C’est une lésion chronique dégénérative liée à des micro traumatismes répétés en lien avec un surmenage ou une avancée dans l’âge. Elle engendre une usure du tendon pouvant être prématurée et peut conduire dans des formes graves à des ruptures tendineuses.

coiffe lésion(1)La rupture totale ou partielle des tendons : D’origine traumatique ou due à l’ aggravation d’une tendinose. La douleur est souvent vive et conduit en règle générale à une impotence fonctionnelle immédiate. Le sujet ressent au moment de la blessure un claquement, certaines fois audible.

La luxation des tendons : Souvent d’origine traumatique, c’est la perte du trajet anatomique normal du tendon.

Causes et facteurs favorisants les lésions

Les lésions tendineuses sont en règle générale liées à un surmenage des tendons. C’est pour cette raison qu’elles affectent couramment les sportifs. Certains sports comme le football, le ski, le basketball ou le tennis qui nécessitent des arrêts vifs, des changements de direction et soumettent les articulations à des pressions intenses, sont particulièrement à risque.
Cependant, ces lésions peuvent aussi être favorisées par des défauts de morphologie induisant une hyper stimulation tendineuse (Hallux valgus), par des gestes répétés sans qu’ils soient particulièrement physiques ou simplement par de mauvaises postures.

Certains métiers sont particulièrement exposés à ce type de lésions, au niveau des membres supérieurs (caissières, violonistes, travail prolongé sur ordinateur… )

Le risque est majoré chez les sportifs par un échauffement insuffisant, par la modification du terrain ou du matériel, par un entrainement trop intense et trop prolongé, par les conditions climatiques (basses températures), par une mauvaise posture ou lors de la reprise de l’entrainement après une période de repos.

Dans les cas de tendinites on peut retrouver des facteurs infectieux, alimentaires ou une déshydratation pouvant induire une concentration trop importante d’acide urique souvent mis en cause dans ce type de lésions inflammatoires.

Traitement

Le but est de calmer les douleurs et de réduire l’inflammation. Des antalgiques oraux sont souvent préconisés, des anti inflammatoires par voie orale ou en application locale peuvent aussi être conseillés.
Dans les cas de lésions inflammatoires, il est conseillé d’appliquer localement de la glace sur la blessure.
La thérapie s’accompagne impérativement d’une mise au repos partielle ou totale du membre concerné. La rééducation fonctionnelle et la physiothérapie sont généralement recommandées.
La prise en charge médicale s’intéressera également à la causalité pour éviter les récidives : mauvaise posture au travail pouvant induire une stimulation trop intensive du tendon, chaussage inadapté, terrain accidenté ou glissant, malformations génétiques ou acquises….

Rappelons que les tendons, peu vascularisés, sont des tissus qui cicatrisent mal. La guérison par les méthodes classiques de traitement est rarement pleinement satisfaisante, des récidives sont courantes

La chirurgie n’intervient cependant qu’en cas d’échec des traitements classiques, face à des lésions et des douleurs devenant chroniques et altérant les activités de la vie quotidienne, chez les sportifs, ou quand il n’y a pas d’autre alternative. Elle peut consister à l’ablation de lésions cicatricielles, à recoudre le corps d’un tendon suite à une rupture partielle ou totale, ou encore à raccorder l’insertion du tendon sur l’os. La chirurgie permet une guérison durable des tendons, cependant, elle comporte les risques inflammatoire, infectieux, thromboembolique ainsi que les risques liés à l’anesthésie propre à toute intervention chirurgicale. Il convient donc d’en étudier le bénéfice auprès d’un chirurgien orthopédique.

L’injection de cellules souches et la thérapie par PRP (plasma riche en plaquette) sont des traitements de pointe qui permettent une cicatrisation rapide et efficace. Elles sont pour l’instant en grande partie réservées aux sportifs.