Sélectionner une page

Le syndrome de l’essuie glace

A quoi cela correspond-il ?

Le syndrome de la bandelette ilio-tibiale ou plus communément appelé syndrome de l’essuie-glace est une pathologie récurrente du sportif coureur de fond (marathonien ou jogger) et cycliste. Elle correspond à une tendinopathie due à un frottement chronique de cette bandelette sur la partie externe du genou lors des mouvements répétés de flexion-extension.

Quels sont les signes cliniques ?

Des douleurs de survenue progressive sont retrouvées à la face externe du genou, pouvant remonter jusqu’au bassin. Elles apparaissent au début de l’effort sportif, après quelques kilomètres de course. Il est fréquent de rencontrer ces douleurs lors de l’augmentation de l’entrainement, l’allongement des foulées ou bien lors d’un changement de chaussage ou de terrain.

Au fur et à mesure, ces algies deviennent de plus en plus gênantes et apparaissent rapidement lors de l’effort sportif. Elles obligent celui-ci a cessé son activité et de poursuivre la marche la jambe en extension, permettant ainsi de limiter les frottements sur le genou.

Quels sont les facteurs favorisant ?

Il existe des prédispositions morphologiques qui peuvent favoriser son apparition. La plus fréquente des causes est le genu varum (jambes arquées) car la bandelette est toujours sous tension. Les pieds creux, eux, liés à leur instabilité due à une surface portante limitée et parfois une attaque sur la partie extérieure du talon.
Ainsi que dans les pieds valgus, même si cela est moins fréquent, car il y a une rotation du tibia vers l’intérieur ce qui entraine un étirement en position longue de ce muscle.

Les traitements

Ce syndrome nécessite dans un premier temps un repos sportif d’environ 2 à 3 semaines. En association avec un traitement à type de cryothérapie et physiothérapie, le podologue proposera au patient une semelle permettant de corriger le trouble statique à l’origine de la douleur, que ce soit une correction au niveau des genoux ou pieds. Il lui donnera également des conseils d’étirements, accompagnés d’une reprise sportive progressive et sur la qualité de la chaussure.

Dans le cadre de douleurs persistantes très aigues, une infiltration de corticoïdes peut être proposée par le médecin.