English
Sélectionner une page

Injection plaquettaire (PRP) : Principes et applications

Qu’est ce qu’une injection plaquettaire ?

Une injection plaquettaire est une méthode de traitement simple, naturelle et innovante pour de nombreuses pathologies orthopédiques (tendinite, blessure musculaire ou articulaire, arthrose…).

Le principe de ce traitement repose sur l’injection de plaquettes (contenant des facteurs de croissance issus du propre sang du patient) dans des zones lésées, très peu vascularisées, afin de stimuler leur réparation.

Les facteurs de croissance agissent alors sur :

  • La néovascularisation (formation de nouveaux vaisseaux sanguins sur le site de la lésion),
  • La régénération des fibres de collagène,
  • L’activation des cellules qui favorise la restructuration du tissu.

Les processus naturels de cicatrisation et de régénération tissulaire sont ainsi enclenchés, permettant une diminution de la douleur, un retour à une activité normale et une rémission du patient sur le long terme.


A savoir : pourquoi parle-t-on de concentré plaquettaire, de plasma sanguin ou de PRP ?

Le produit de séparation préparé pour l’injection est appelé de différentes manières, vous entendrez ainsi les termes suivants :

  • Concentré plaquettaire autologue
  • Plasma sanguin autologue
  • PRP (acronyme anglais pour « platelet rich plasma » ou « plasma riche en plaquettes »)

Ils désignent tous le même produit, base de l’injection plaquettaire.


Injection plaquettaire (PRP) : comment se déroule l’intervention ?

L’intervention est très simple et se déroule en trois étapes :

  1. Prélèvement : comme pour une simple prise de sang, une petite quantité de sang est prélevée sur le patient. Elle est ensuite placée dans une centrifugeuse pour séparer les plaquettes (qui contiennent les facteurs de croissance) des globules rouges. A l’issue de la centrifugation, le processus d’injection peut commencer.

processus PRP

  1. Préparation à l’injection : les points d’injection sont identifiés par le professionnel de santé généralement sous échographie ou radiographie.

Avant l’injection, une légère anesthésie peut être effectuée (par injection cutanée ou gaz relaxant).

  1. Injection plaquettaire : l’injection de concentré plaquettaire est effectuée et un pansement est appliqué.

À l’issue de l’injection, le patient peut rentrer chez lui en marchant.

Toutefois, si l’intervention a été effectuée sur les membres inférieurs et si les deux côtés ont été traités, l’utilisation de cannes est recommandée.

Quelles pathologies peut-on soigner avec des injections plaquettaires ?

Lésion tendineuse, ligamentaire ou musculaire

  • Indications : tendinite, entorse, déchirure musculaire…
  • Mode de traitement : injection plaquettaire (PRP)
  • Résultats attendus : régulation de l’inflammation, cicatrisation rapide et naturelle, diminution de la douleur pour un retour à une activité normale et la reprise d’une activité sportive.

Arthrose et lésion cartilagineuse

  • Indications : arthrose débutante, lésion traumatique du cartilage (entraînée par une chute, un accident ou une blessure sportive).
  • Mode de traitement : injection plaquettaire (PRP) associée à de l’acide hyaluronique
  • Résultats attendus : régulation de l’inflammation, récupération de la stabilité et capacité de mouvements sans douleur (amplitude, répétition).

Lésion méniscale 

  • Indications : lésion du ménisque limitée (déchirure, fissure…)
  • Mode de traitement: injection plaquettaire (PRP) + Acide Hyaluronique
  • Résultats attendus : cicatrisation naturelle, pour certaines lésions très spécifiques, permettant d’éviter une méniscectomie (ablation du ménisque). A savoir : ce procédé est encore en cours d’évaluation.