Sélectionner une page

Inflammation du tendon d’Achille

Tendon d'AchilleLe tendon d’Achille aussi appelé tendon calcanéen, relie le triceps sural (muscle du mollet composé du gastrocnemius interne et externe et du soleus) au calcanéum (os du talon situé à l’arrière du pied). Il possède un nombre important de terminaisons nerveuses qui lui permettent d’être très réactif. C’est le tendon le plus épais et le plus puissant de l’organisme. Il transmet la force de contraction permettant l’extension de la cheville et la propulsion, et amortit les contraintes lors de la réception. Il subit donc des pressions et étirement très importants.

L’inflammation du tendon d’Achille ou tendinite Achilléenne est fréquente car ce tendon est constamment sollicité lors de nos déplacements. Elle peut être en lien avec le vieillissement naturel, mais aussi avec un surmenage caractéristique de la pratique sportive et notamment de la course à pied.

Différentes tendinites Achiléenne

La tendinite du corps du tendon

La tendinite d’insertionténopériostite lésion de la jonction avec l’os ou myotendinite, lésion de la jonction avec le muscle.

La ténosynovite: inflammation de la gaine synoviale du tendon

La ténobursite: inflammation de l’extrémité du tendon et des bourses séreuses situées entre l’os et le tendon et facilitant les mouvements grâce à la sécrétion de liquide synovial.

Causes

Le vieillissement : La dégénérescence des cellules et la moins bonne vascularisation en lien avec le vieillissement contribue à la dégradation des tendons. Rendus moins souples et moins résistants à l’effort, ils deviennent plus vulnérables aux lésions inflammatoires.

courseLa pratique sportive intensive induit une sollicitation excessive des tendons caractérisée par des microtraumatismes réguliers et des frottements importants avec d’autres tissus de l’articulation. A terme, cela se traduit par l’apparition d’inflammations. Le risque est majoré lorsque les chaussures d’entrainement sont usées ou mal adaptées à l’activité ou au terrain, ou lorsque le sportif adopte des positionnements inadéquats ou qu’il ne s’échauffe, ne s’étire ou ne s’hydrate pas suffisamment.

Les traumatismes : des chocs violents ou des changements de direction vifs et soudains peuvent aussi engendrer d’emblée des tendinites. Dans des cas extrêmes, ils peuvent se traduire immédiatement par une rupture.

Antécédents de lésions articulaires et malformations: Les tendons font partie intégrante de la structure articulaire au même titre que les muscles ou les ligaments. Ils assurent conjointement la stabilité et le bon fonctionnement biomécanique de l’articulation. Ainsi lorsqu’un élément est défaillant en raison d’une lésion (ex : entorse de la cheville) ou une malformation (pied plat ou trop creux engendrant des troubles de la statique plantaire) les contraintes ne sont plus correctement réparties. Cela peut occasionner une sollicitation anormale du tendon et favoriser l’apparition de lésions inflammatoires.

Antibiotiques : Certains antibiotiques de la famille des quinolones peuvent être mis directement en cause dans l’apparition d’une tendinite achilléenne.

Symptômes

douleur tendonLa douleur : Située au niveau postérieur du talon, elle est systématique et constitue le symptôme principal. Son apparition est progressive. Dans un premier temps l’atteinte se traduit par une douleur au talon qui survient après un entrainement ou une activité physique et cède au repos. Dans un deuxième temps elle est particulièrement intense en début d’effort lorsque le tendon est mis en situation d’étirement. Progressivement la douleur devient permanente à l’effort pouvant même entrainer une boiterie. Le tendon est toujours sensible au toucher.

Signes d’inflammations : Ils ne sont pas systématiques. Ils se traduisent par une rougeur, une chaleur et un œdème (gonflement) au niveau du tendon d’Achille.

Nodule et épaississement : Des petits kystes et un épaississement du tendon peuvent apparaître lors de la cicatrisation. Ils sont souvent signe d’une cicatrisation anormale et génèrent une fragilité du tissu d’origine. Pour éviter les récidives, voir, une rupture, des exercices d’étirement sont nécessaires pour que le tendon retrouve sa souplesse.

Raideur : Elle est généralement signe d’un chronicisation de l’inflammation.

Rupture : plus qu’un symptôme, c’est une complication de la lésion inflammatoire du tendon d’Achille. Elle peut se produire au niveau des insertions des tendons ou sur le corps. Les ruptures peuvent aussi se produire d’emblée lors de traumatismes violent.

Traitement

Pour éviter la chronicisation ou l’évolution sur des ruptures, une tendinite du talon d’Achille doit être traitée efficacement.

Le repos est le premier traitement des tendinites achilléennes. Le pied doit être relâché et maintenu le plus possible en situation de flexion plantaire (orteils orientés vers le sol). La marche doit être limitée et peut être aidée par le port de chaussures légèrement rehaussées au niveau du talon, ou de semelles orthopédiques adaptées. Les activités sportives sont suspendues pour une durée comprise entre trois et six semaines en fonction de la gravité de la lésion.

Anti inflammatoires : Prescrits en gel, pour application locale ou en comprimés, ils permettent de réduire l’inflammation et de soulager la douleur.

Rééducation : Elle est dans un premier temps à visée antalgique et s’appuie sur des pratiques de physiothérapie comme l’électricité. Dans un deuxième temps, la kinésithérapie est indispensable pour prévenir des récidives notamment à l’aide d’exercices d’étirement (pour rendre au tendon une souplesse optimale) et de renforcement du tonus musculaire. La pratique sportive devra être reprise progressivement.

La chirurgie : Elle permet une guérison durable des tendons mais n’intervient qu’en cas d’échec des traitements classiques (face à des lésions et des douleurs devenues chroniques et altérant les activités de la vie quotidienne) ou chez les sportifs quand les lésions ne permettent pas la reprise de la pratique sportive. Elle peut consister à l’ablation de lésions cicatricielles ou à sectionner le tendon au niveau des lésions puis à raccorder les extrémités saines. C’est la seule option lors de rupture totale du tendon.

L’injection de cellules souches ou la thérapie par PRP (plasma riche en plaquette) est un traitement efficace de la tendinite du tendon d’Achille. Elle permet une cicatrisation rapide et efficace. Son usage tend à se démocratiser.