English
Sélectionner une page

Arthrose du coude : diagnostic, causes et traitement

Symptômes et diagnostic

arthrose_coudeBien plus rare que l’arthrose touchant les articulations portantes (genou et hanche), l’arthrose du coude atteint généralement des sujets plus jeunes. Mieux tolérée dans le cas du coude, cette maladie est souvent détectée bien plus tardivement que pour les autres articulations.
La première alerte est en général lancée par une douleur apparaissant lors d’un mouvement extrême, en portant un seau par exemple. Dans le quotidien, le patient se plaint d’une douleur à la fin du mouvement, c’est-à-dire à la fin de l’extension ou lors d’une flexion totale du bras. Ces symptômes s’accompagnent souvent de « fourmis » ressenties dans les 4e et 5e doigts de la main, signe typique de l’arthrose du coude. Un examen radiographique confirmera le diagnostic.

Principales causes de l’arthrose du coude

Le coude réunit les articulations entre trois os : l’humérus, le cubitus et le radius. Les surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage qui en assure le glissement. L’arthrose du coude est une dégénérescence du cartilage qui engendre des frottements douloureux et parfois des ostéophytes, excroissances osseuses réduisant progressivement les mouvements normalement permis par le coude : flexion et extension de l’avant-bras ; rotation du poignet.
L’arthrose du coude survient dans la plupart des cas à la suite d’un traumatisme, fracture ou de luxation, quand elle ne s’explique pas par une maladie systémique (arthrite rhumatoïde notamment), par des antécédents familiaux ou par une pathologie génétique.
Certaines pratiques professionnelles ou sportives, pour lesquelles le coude est très sollicité lors d’efforts physiques répétés, favorisent l’apparition d’une arthrose du coude. Chez les personnes utilisant des marteaux-piqueurs, chez les athlètes pratiquant le bodybuilding ou chez les tennismen, par exemple.

Traiter l’arthrose du coude

Le premier stade de traitement de l’arthrose du coude consiste à soulager la douleur, à l’aide d’anti-inflammatoires, voire d’infiltrations de corticoïdes. La rééducation s’avère très utile pour limiter la douleur et permettre de retrouver une certaine mobilité.
Lorsque les douleurs deviennent invalidantes, une chirurgie dite de débridement peut être envisagée : pratiquée sous arthroscopie, elle consiste à nettoyer l’articulation, notamment des ostéophytes provoquées par l’arthrose.
Le remplacement de l’articulation usée par une prothèse est réservé aux cas d’échecs de ces traitements. La durée de vie de la prothèse du coude étant plus réduite que celle de la hanche ou du genou et donc les résultats à long terme de cette opération plus aléatoires, on la pratique de préférence sur des patients plus âgés.