Sélectionner une page

Podologie

Comment se déroule un examen clinique chez le podologue ?

L’interrogatoire (ou anamnèse)

Le praticien procède tout d’abord à l’interrogatoire du patient, il cherche à mettre en évidence le motif de consultation. Pour cela, le podologue le questionne sur ses différents antécédents médicaux et chirurgicaux qui pourraient être à l’origine de la douleur. Si le patient possède des examens médicaux (radios, IRM, échographie, scanner) déjà effectués en amont, il est important de les apporter lors du premier rendez- vous de consultation afin de corroborer les diagnostics qui seront établis à la fin de la séance.

L’examen se poursuit par l’observation du patient en position allongée, puis en position debout, statique et dynamique.

L’examen

Le praticien recherchera les différents points douloureux. L’examen est alors approfondi en palpant les différents tissus : la peau, les ligaments et les muscles, et ainsi mettre en évidence les tissus incriminés dans la douleur.

L’examen statique permet d’observer la posture globale que le patient adopte dans les différents plans de l’espace. Le praticien peut s’aider d’un posturoscope ainsi que d’un podoscope (cf photos ci-dessous)

L’examen se poursuit en dynamique sur un tapis de course, que le patient soit sportif 2 ou non. L’acquisition de la marche et/ou de la course se fera par analyse vidéo retransmise en direct sur un écran de télévision, la biomécanique pourra donc être expliquée en temps réel au patient. A l’aide de l’analyse vidéo, il est possible de distinguer les différentes mesures de torsion qui peuvent apparaître.

En ce qui concerne le sportif, le podologue s’attachera à développer les points tels que l’intensité de sa pratique sportive, ses blessures (anciennes ou récentes), son équipement, et l’exécution du geste sportif. Il est donc indispensable d’apporter les chaussures de sport utilisées lors de l’entraînement et des compétitions

L’examen des pieds sur une plateforme de pressions

Celui-ci est réalisé à l’aide d’une plateforme baropodométrique. Cette dernière comprend des milliers de capteurs nouvelle génération qui permettent d’analyser, de confirmer et quantifier les observations réalisées au préalable et de mesurer de façon très précise les répartitions de pressions plantaires. De plus, elle permet d’archiver les bilans podologiques, et ainsi suivre l’évolution dans le temps.

L’examen sur la plateforme s’effectue en position statique, puis en marchant. Cet appareil permet au patient de mieux comprendre la biomécanique à l’aide d’images représentant ses appuis plantaires.

L’examen de la chaussure

Que ce soit avec les chaussures de ville et/ou que ce soit avec les chaussures de sport, le praticien devra évaluer quel est l’espace disponible pour adapter au mieux l’appareillage qui sera proposé.
A la fin de la séance, des conseils seront apportés pour choisir à l’avenir les chaussures les mieux adaptées à la pathologie.

La consultation terminée, le patient repart avec le bilan de l’examen qui a été fait (qui 3 sera également adressé à son médecin prescripteur).
Le but étant de pouvoir suivre l’évolution et l’amélioration du motif de consultation, plusieurs rendez-vous de vérifications seront proposés, dont le premier environ un mois après. La douleur et l’adaptation aux semelles seront alors de nouveau évaluées.

Conseils pour le 1er RDV

Se munir de sa carte Vitale, d’une prescription médicale, de ses dernières radios et de ses chaussures de ville usuelles ; et si besoin, de ses chaussures de sport.

Qui peut consulter un podologue ?

Les pieds sont la base de la statique et de la dynamique, un déséquilibre aura à court ou à moyen terme des conséquences sur le travail et le tonus musculaire, sur les positions articulaires des pieds, des genoux, du bassin et du dos.

Les enfants

Les déviations des membres inférieurs chez les enfants constituent une source d’inquiétude et un motif de consultation courant en cabinet de podologie. Assez souvent ces déviations font parties du schéma de développement normal du membre inférieur :

• De la naissance à l’âge de deux ans

On retrouve un genu varum ainsi qu’un metatarsus varus Les genoux se rapprochent un an après l’acquisition de la marche

• De deux à huit ans

On retrouve un genu valgum avec valgus médio-tarsien (souvent appelé à tort pied plat). Le travail de rotation des hanches permet de normaliser la posture après l’âge de 10ans.

A quel moment le port de semelles orthopédiques sont-elles nécessaires ?

  • Déviations asymétriques
  • Douleurs
  • Fatigue à la marche
  • Démarche sautillante
  • Chutes fréquentes
  • Usure anormale des chaussures

Pathologies propres aux enfants

Sever, Köhler-Mouchet, Freiberg, Rennander, Osgood-Schlatter, Legg-Calvée- Perthes, Scheuermann, intoeing, …

Les ados caractérisés par leur pic de croissance, leur sport, leur chaussage et leur raideur musculaire demandent également une attention particulière.

Les diabétiques

Après un certain nombre d’années de diabète (entre 10 et 15 ans), certains patients peuvent développer une neuropathie, c’est-à- dire une insensibilité quasi complète de la face plantaire du pied.
Accompagné de déformation et ou d’artérite le patient a un risque majeur de connaitre un épisode de mal perforant plantaire.

Le rôle du podologue est de diagnostiquer le risque podologique du patient gradé entre 0 : absence de neuropathie aucun risque, et allant jusqu’au grade 3 : le patient a déjà connu un épisode de plaie ayant durée plus de trois semaines. Nécessité d’un chaussage médicale ainsi que des orthèses plantaires

Face à chaque grade de risque, le podologue doit mettre en place une thérapeutique adaptée passant par :

  • Un conseil de chaussage
  • Des soins adaptés
  • Des semelles orthopédiques de décharge des zones à risque
  • Des indications de chaussures de décharge permettant la cicatrisation de la plaie

Les sportifs

Le podologue dispose aujourd’hui de moyens modernes pour effectuer un examen clinique du sportif en statique comme en dynamique. Il utilise des matériaux efficaces et confortables pour réaliser des orthèses plantaires adaptées à tous les types de sports et de chaussures.

Le podologue a donc sa place dans l’équipe médicale encadrant les sportifs de tout niveau. Le traitement podologique peut être associé à d’autres traitements lorsqu’il modifie une posture pathologique.

Les pathologies chez le sportif liées entièrement ou en partie à des troubles statiques du membre inférieur sont nombreuses :

Troubles cutanés et unguéaux

Les hyperkératoses, les hématomes sous-unguéaux, les phlyctènes (ampoules), les échauffements,…

Troubles ostéo-articulaire et musculo-tendineux

  • Métatarsalgie du premier ou du deuxième rayon
  • Aponévrosite plantaire
  • Maladie de Sever
  • Tendinite du tendon d’Achille
  • Instabilités de chevilles
  • Tendinite du tibial postérieur
  • Périostiste tibiale
  • Tendinite des péroniers latéraux
  • Gonalgies fémoro-tibiales
  • Syndrome rotulien
  • Syndrome de la bandelette ilio-tibiale (syndrome de l’essuie-glace)
  • Pubalgie
  • Lombalgie

Quelles sont les pathologies pour lesquelles je dois consulter un podologue ?

Les semelles orthopédiques s’incluent dans la prise en charge non-chirurgicale de plusieurs pathologies traumatiques et rhumatismales du membre inférieur.

Les pathologies propres au pied : Avant-pied :

Hallux valgus (« oignon »), griffes d’orteils, hyperkératoses plantaires, métatarsalgies, syndrome de Morton, fractures de stress, sésamoïdopathies,…
Médio-pied : Aponévrosite plantaire Arrière pied :
Talonnade, épine calcanéenne, Haglund

Les pathologies propres aux chevilles

Instabilité de cheville, entorses chroniques, périostites tibiales, tendinite des muscles fibulaires, tendinite du muscle tibial postérieur, tendinite du tendon d’Achille,…

Les pathologies propres aux chevilles

Instabilité de cheville, entorses chroniques, périostites tibiales, tendinite des muscles fibulaires, tendinite du muscle tibial postérieur, tendinite du tendon d’Achille,…

Les pathologies propres aux genoux

Arthrose, tendinite de la patte d’oie, tendinite du muscle tenseur du fascia lata (runners knee, syndrome de l’essuie-glace), tendinite sous rotulienne, chondropathie fémoro- patellaire, genu valgum, genu varum, désaxation de la rotule,…

Les pathologies propres au bassin

Trochantérite, pubalgie, douleur sacro-iliaque,…

Les pathologies propres au dos

Lombalgie chronique, cervicalgies, migraines, attitude scoliotique, troubles de l’équilibre,…

Quels sont les différents moyens thérapeutiques ?

Lors de la consultation, le podologue évaluera avec vous le traitement qui vous sera le plus approprié.
Les semelles conçues par ce dernier sont faites sur mesure et permettent par leur action de se rapprocher le plus possible d’un fonctionnement statique et dynamique idéal.
Elles préviennent, réduisent, voire corrigent de nombreuses pathologies chroniques ou aiguës, tant au niveau du pied, du genou, du bassin que de la colonne vertébrale.
Ces semelles peuvent être portées dans n’importe quelles chaussures de sport comme de ville, et quel que soit l’âge.
Des semelles de confort peuvent aussi être réalisées directement moulées à la forme du pied.
Le podologue est également apte à confectionner des appareillages en silicone appelés « orthoplasties » afin de modifier la position des orteils et de protéger le pied des hyper- 7 pressions souvent douloureuses. Chez les enfants, celles-ci peuvent corriger définitivement certaines mal-positions des orteils.

Les pathologies propres au pied : Avant-pied :

Hallux valgus (« oignon »), griffes d’orteils, hyperkératoses plantaires, métatarsalgies, syndrome de Morton, fractures de stress, sésamoïdopathies,…
Médio-pied : Aponévrosite plantaire Arrière pied :
Talonnade, épine calcanéenne, Haglund

Les pathologies propres aux chevilles

Instabilité de cheville, entorses chroniques, périostites tibiales, tendinite des muscles fibulaires, tendinite du muscle tibial postérieur, tendinite du tendon d’Achille,…

Les pathologies propres aux chevilles

Instabilité de cheville, entorses chroniques, périostites tibiales, tendinite des muscles fibulaires, tendinite du muscle tibial postérieur, tendinite du tendon d’Achille,…

Les pathologies propres aux genoux

Arthrose, tendinite de la patte d’oie, tendinite du muscle tenseur du fascia lata (runners knee, syndrome de l’essuie-glace), tendinite sous rotulienne, chondropathie fémoro- patellaire, genu valgum, genu varum, désaxation de la rotule,…

Les pathologies propres au bassin

Trochantérite, pubalgie, douleur sacro-iliaque,…

Les pathologies propres au dos

Lombalgie chronique, cervicalgies, migraines, attitude scoliotique, troubles de l’équilibre,…