English
Sélectionner une page

Arthrose du genou : diagnostic, causes et traitement

Arthrose du genou : des premiers signes au handicap

arthrose_genouTout commence par des douleurs articulaires ressenties en pratiquant certains sports, en montant et/ou descendant les escaliers, parfois simplement en marchant. Le patient consulte et, après avoir écarté d’autres pathologies du genou, voire une arthrose de la hanche pouvant avoir des conséquences douloureuses sur le genou, l’examen médical pose le diagnostic : gonarthrose, autrement dit, arthrose du genou. Cette maladie devient progressivement invalidante, le genou étant une articulation majeure pour soutenir le poids du corps. Les poussées inflammatoires se multiplient, les douleurs s’accroissent et finissent par s’accompagner d’une raideur du genou réduisant considérablement sa mobilité. À un stade avancé de la gonarthrose, on peut même constater une déformation du genou. Ces aggravations mettent en péril la mobilité globale du patient.

Mais, au juste, c’est quoi l’arthrose du genou ?

Le genou est l’articulation entre le fémur et le tibia, os auxquels s’ajoute une troisième partie osseuse, la rotule. Aux endroits de glissement, les surfaces de ces os sont recouvertes de cartilage, substance permettant d’amortir les chocs. La gonarthrose est l’usure dégénérative de ces cartilages Pour autant, ce n’est pas leur détérioration qui provoque les douleurs, mais la conséquence de cette dégénérescence : l’inflammation de l’articulation par excès de frottement. L’arthrose du genou concerne le plus souvent l’articulation entre le fémur et le tibia (arthrose fémoro-tibiale) ; elle peut aussi toucher l’articulation entre la rotule et le fémur (arthrose fémoro-patellaire). Elle est dite « globale » lorsqu’elle touche l’ensemble de l’articulation. Dans la majeure partie des cas, elle atteint les deux genoux. Un examen radiologique permettra de déterminer si l’arthrose est « primitive », c’est-à-dire lié au vieillissement de l’articulation ou si elle est la conséquence d’un traumatisme – on la qualifie dans ce cas de « secondaire ».

Soulager et soigner l’arthrose du genou

À un stade peu avancé de la maladie, observer certaines règles d’hygiène de vie peut permettre d’en atténuer les effets. Surveiller son poids est essentiel, le surpoids étant un facteur de risque et d’aggravation de l’arthrose du genou. De même, des activités physiques adaptées sont hautement recommandées. Pour soulager la douleur, des anti-inflammatoires sont prescrits et, si nécessaire, des des injections d’acide hyaluronique et des infiltrations de corticoïdes peuvent être envisagées. En dernier recours ou à un stade avancé de la maladie, la voie chirurgicale s’impose. Elle peut prendre la forme d’un traitement par arthroscopie qui consiste en un nettoyage permettant d’éliminer les particules à l’origine de l’inflammation articulaire. L’ostéotomie va, quant à elle, corriger une éventuelle déviation de l’axe de la jambe qui peut être à l’origine de la gonarthrose. Enfin, la prothèse du genou, ou arthroplastie, en remplaçant l’articulation usée par une articulation synthétique, permet au genou de recouvrer sa mobilité et au patient de retrouver une mobilité et une vie normales.