Sélectionner une page

Vivre avec une arthrose naissante grâce aux injections plaquettaires

L’arthrose est une affection chronique des articulations très fréquente, et elle est invalidante. Elle se caractérise par la destruction progressive du cartilage, ce dernier perd son élasticité, sa souplesse et sa capacité de glissement. Cette maladie touche les articulations des hanches, des genoux, des épaules, des doigts et de la colonne vertébrale. Parmi les symptômes, notons le gonflement de l’articulation, la douleur et la raideur. À défaut de traitement, les symptômes peuvent être définitifs et provoquer un handicap fonctionnel à la fois invalidant et sérieux. Pour traiter l’arthrose naissante, il est possible de faire des injections d’acide hyaluronique.

Traiter l’arthrose par viscosupplémentation

La viscosupplémentation, fait d’injecter de l’acide hyaluronique dans l’articulation, est proposée au patient lorsque les autres traitements médicamenteux n’ont pas fait leurs effets, et elle est envisagée avant de penser à la pose d’une prothèse.

L’acide hyaluronique est une substance élastique et visqueuse naturellement présente dans le liquide synovial qui recouvre le cartilage d’une articulation. Ce liquide a deux fonctions principales : lubrifiant, car il aide au glissement normal du cartilage grâce à sa viscosité et protecteur, car le cartilage sera protégé et nourri grâce à son élasticité. Cet acide hyaluronique n’est pas de très bonne qualité et n’est pas en grande quantité en cas d’arthrose, et c’est ce qui fait que le cartilage est plus vulnérable aux frottements.

Avec les injections d’acide hyaluronique, ce problème est vite résolu, car cela va lubrifier l’articulation, améliorer la mobilité et diminuer la douleur. Toutefois, les injections d’acide hyaluronique que l’on appelle viscosupplémentation doivent être renouvelées tous les ans. En plus de traiter les douleurs, ce traitement de l’arthrose permet aussi de prévenir l’aggravation arthrosique.

L’acide hyaluronique pour traiter l’arthrose

L’acide hyaluronique injecté dans les articulations peut provenir d’une extraction des crêtes de coq ou d’une fermentation bactérienne. L’injection se justifie par les propriétés mêmes de l’acide hyaluronique à l’état naturel, c’est un anti-inflammatoire et antalgique qui favorise la diminution des symptômes de l’arthrose, notamment de la douleur. Pour son rôle au niveau du cartilage, il offre une protection tout en transportant les nutriments. L’efficacité de l’acide hyaluronique auprès des patients arthrosiques est prouvée par beaucoup de travaux scientifiques et d’études cliniques. En effet, on constate une amélioration des symptômes de la maladie jusqu’à une année pour la plupart des patients. Il y a une réduction des douleurs dans les mouvements et une amélioration de la mobilité articulaire. Les résultats du traitement permettent souvent de réduire ou d’arrêter les prises d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires.

Il est à noter que l’injection d’acide hyaluronique ne soigne pas l’arthrose, elle ralentit tout simplement le processus arthrosique ou même relance la fabrication d’acide hyaluronique par l’articulation elle-même.

L’injection d’acide hyaluronique proprement dit

L’injection d’acide hyaluronique devra être réalisée par un professionnel en santé, soit un rhumatologue soit un médecin de rééducation et réadaptation fonctionnelle soit un chirurgien orthopédique. Le patient devra se mettre en position allongée sur la table d’examen. Avant de faire quoi que ce soit, la peau devra être nettoyée par des produits antiseptiques. Quand c’est fait, le médecin remplira une aiguille d’une ampoule d’acide hyaluronique. L’injection est indolore, car l’aiguille utilisée est extrêmement fine. L’injection est obtenue après le prélèvement du sang du patient, ce dernier est à centrifuger pour en extraire le plasma avec des plaquettes et des facteurs de croissance. Ensuite, il faut le mélanger avec un peu d’acide hyaluronique, et c’est cette préparation qu’il faut injecter dans l’articulation du patient. L’intervention se passe sous anesthésie locale, et une dizaine de minutes après, le malade peut rentrer chez lui. Pour les effets secondaires, c’est très rare.

Docteur Philippe Paillard

À propos de l'auteur :

Spécialiste en chirurgie orthopédique et chirurgie du sport, le Docteur Philippe Paillard intervient sur les pathologies et traumatismes de la hanche, du genou, de l’épaule, du coude et de la cheville.

Page Facebook du Docteur Philippe Paillard Page Linkedin du Docteur Philippe Paillard